Vendée Globe
Au cœur de la course

Arnaud Boissières : « Une bonne vague te remet les idées en place »

Mots clés : , , ,

PORTRAIT : L’Aquitain s’offre une deuxième tournée grâce à son sponsor fidèle. Arnaud Boissières (Akena Vérandas), avec humilité, n’a pas l’intention de baguenauder.


Crédits photo : J.Girardot/Sea&Co/Akena Verandas

Originaire du bassin d’Arcachon, Arnaud Boissières en a vite fait le tour même si ce lieu demeure son havre de paix. Posant son sac sur le littoral atlantique au gré de coups de dés tel le petit cheval au bonheur la chance, il a mené son bout de chemin avec sa bonne étoile. La Rochelle, Concarneau, les Antilles, bar du Tour du Monde... Les Sables-d’Olonne. Autant d’amers après des périples en compétition plus ou moins honorables. « Mon parcours est différent de la plupart des concurrents, il est lié à des rencontres. En premier lieu avec Jean-Philippe Chomette qui m’a proposé la barre du Maxi Solune et qui m’a surtout permis d’acquérir l’ancien VMI pour pouvoir monter un projet pour faire mon premier Globe. C’est ainsi qu’il y a eu la rencontre déterminante en 2006 de Christophe Chabot, le patron d’Akena, qui a de suite cru en moi. On pense souvent qu’il faut gagner une grande course pour se faire connaître. En fait, j’ai fait pendant quatre ans du Mini avec une troisième place sur la Transat 2001, trois ans de Figaro avec des résultats plutôt médiocres mais qui m’ont appris énormément de choses avec les moyens limités que j’avais à l’époque », explique celui que l’on surnomme Cali.


Goût de la découverte


Septième lors de la dernière édition du Vendée Globe, le voici donc à nouveau dans l’aventure. A 40 ans, il sait qu’il a changé. Foin de grosse tête, non, ses amis comme Yannick Bestaven peuvent en témoigner tout comme l’équipe supportant son caractère qu’il qualifie avec un rictus complice de ronchon. Il sait aussi qu’il a derrière lui un public vendéen inconditionnel avec qui il se doit de partager la fête avant le départ. L’heure est donc de s’élancer sur 24000 milles. « Il y a quatre ans, je me suis vraiment éclaté. Voilà pourquoi j’y retourne avec la même joie, avec le même goût de la découverte et avec en plus un challenge sportif. Avec un bateau beaucoup plus performant et des moyens importants grâce à mon partenaire. Mais je sais que la clé de la réussite est un tout. Avec les circonstances et le couple bateau-bonhomme », poursuit-il.


Un lien fort


Son 60 pieds, le PRB de Vincent Riou de 2008, n’est plus le même. Akena Vérandas possède un nouveau mât, une nouvelle quille, une voilure différente, un intérieur plus dépouillé. Arnaud Boissières est fier de sa monture : « Sans prétention, nous avons fait du bon boulot avec ma petite équipe. Pour moi, ce n’est pas une machine. Il est très agréable à vivre. Il y a un lien très fort, sentimental, qui s’est créé. Pour moi, c’est souvent le secret de la réussite dans une course à la voile. Mais cela a toujours été le cas avec mes précédents bateaux. Lorsque j’ai démâté l’an dernier sur la Jacques Vabre, au delà de la frustration sportive, j’étais peiné pour lui. Mais c’était peut-être un mal pour un bien. En tous les cas, c’est coché dans mon cahier des avaries ».
Il y a quatre ans, le jeu de flipper dans la démesure de certaines trajectoires avait occasionné de nombreuses sorties de route. Le Sablais d’adoption, sans pression démesurée de son sponsor quant au résultat, sait ainsi qu’il y a des limites à ne pas franchir : « En solitaire, tu te poses souvent des questions. Cette foi-ci, je pense que je n’aurai pas trop le temps de philosopher. Et puis, une bonne vague dans la figure te remet les idées en place. Il faut surtout ne pas se faire peur, ne pas faire mal au bateau et respecter les mers du Sud ou tout se passe. Je suis confiant dans mes capacités. Quoi qu’il arrive, je ne me découragerais jamais. Je sais que si je fais une course à la hauteur du bateau, ça peut faire mal ».
Arnaud Boissières part en solitude de conserve avec quelques amis. Ceux avec qui il va encore écrire une nouvelle belle tranche de sa vie.
 



SERVICES :
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Recevez la newsletter tous les jeudis