Vendée Globe
Au cœur de la course

69e jour de course

Mots clés : , , ,

Tous les skippers sont maintenant dans l'Atlantique. Le leader est attendu le week-end des 26 et 27 janvier en milieu de journée.


crédits photo: Jean-Marie Liot / DPPI / Vendée Globe

L’état de la flotte


En tête de flotte, François Gabart et Armel Le Cleac’h sont séparés ce midi par 110 milles. Le second est un peu plus rapide avec 13.4 nœuds tandis que le skipper de Macif est à un peu plus de 11 nœuds. Armel Le Cleac’h, surnommé Le Chacal, souhaite profiter de sa position de chasseur : « On va tout donner pour revenir. » Il précise : « La météo n’est pas simple jusqu’à l’arrivée et on va essayer de trouver des solutions pour revenir sur François. On va essayer d’optimiser la météo à venir mais il faut rester vigilant car il peut y avoir des obstacles et des objets donc il faut faire attention. » François Gabart de son côté témoignait ce vendredi midi : "J'arrive à dormir, je me repose, c'est la fin donc on va aller chercher l'énergie au plus profond pour être pied au plancher"
Jean-Pierre Dick et Alex Thomson les ont rejoints dans l’hémisphère nord. "Il faut savoir rester motivé, actuellement mon but est de terminer, de finir 3ème et d'essayer de faire moins de 80 jours », expliquait-il à la vacation de ce vendredi midi. Le skipper britannique a passé l’équateur après 68 jours, 14 heures et 53 minutes de course. Soit un peu moins de 17 heures après Jean-Pierre Dick. Ce dernier a passé ce cap symbolique avec émotion : « C’est plaisant de sentir que l’arrivée approche en étant dans le tiercé de tête. A priori, c’est la dernière fois que je passe l’équateur en solo. Un sacré moment ! » Jean-Pierre Dick a déjà couru deux Vendée Globe : 6e en 2004-2005 et abandon en 2008-2009. Ce midi il remarquait : "Le bateau est fatigué, j'ai encore de l'espoir, mais il va falloir un coup du destin"
Le groupe du milieu est toujours mené par Jean Le Cam, le long des côtes brésiliennes. Alessandro di Benedetto a doublé le cap Horn ce jeudi après 68 jours, 5 heures et 29 minutes de course. Lors de son tour du monde en 6.50, sur le parcours du Vendée Globe, il lui avait fallu près de six mois pour doubler cette ligne du Sud au Nord. « Ce cap, c’est fantastique, ça signifie beaucoup de choses pour moi et pour tous les salariés qui suivent chaque jour mon parcours sur la carte et voient avancer ce projet. C’est aussi le retour à la maison, la remontée de l'Atlantique, la fin du grand Sud et les vents qui vont changer. Je ressens beaucoup d’émotions, ici c’est un cimetière à bateau. Cette nuit, impossible de dormir avec l'approche des icebergs mais surtout à cause du passage du cap, ça reste mythique dans l'esprit de chaque marin ».


Notre analyse météo
 

Les conditions favorables pour un rapide retour aux Sables d’Olonne se confirment pour les trois premiers. En effet, l’anticyclone qui se trouve actuellement mollement étalé sur la route des skippers à la latitude du Maroc, latitude que Macif atteindra mardi, s’effacera au profit d’un anticyclone beaucoup plus jeune et pointu qui arrivera sur les Açores par le nord-ouest. Mercredi ce nouvel anticyclone bien rond progressera encore un peu vers le sud-est, juste à temps pour laisser le passage aux trois premiers concurrents qui pourront le contourner par l’ouest sans avoir à faire un gros détour.


Samedi 19 : Macif et Banque Populaire progresseront dans un alizé de NE solidement établi à plus de 20 nœuds et devraient faire un près pas trop serré, favorisant la vitesse au cap. Virbac-Paprec se sera déjà extrait d’un Pot-au-Noir qui n’aura pas été trop étendu pour lui.


Dimanche 20 : l’alizé baissera d’un petit cran et tous les 3 se retrouveront dans des conditions identiques. Progressant au près sur un même axe, il n’y aura pas de changements d’écarts à attendre.

 

Lundi 21 : journée qui s’annonce difficile pour les nerfs de François Gabart. Toute son avance se traduisant par un décalage en latitude, il sera le premier à subir l’affaiblissement pénalisant du vent lié au reste du viel anticyclone qui ne se sera pas encore totalement effacé. Derrière lui ça avancera plus vite. Ses poursuivants réduiront l’écart.

 

Mardi 22 : François arrivera sous l’influence du jeune anticyclone qui généra sur sa route un vent d’est plutôt faible tournant progressivement SE au fur et à mesure du décalage de ce nouveau moteur sur la droite de sa route. En tribord amure il sera entraîné vers les hautes pressions… sans autre choix que d’être aspiré par des vents de plus en plus faibles. Derrière Armel subira un peu plus tard le même scénario. Jean-Pierre avancera encore vite dans du bon alizé. Les écarts continueront de diminuer.

 

Mercredi 23 : Macif, talonné par Banque Populaire sera à la recherche du meilleur moment pour empanner et repartir vers le nord avec le vent sur sa gauche quand celui-ci aura atteint le SW. Ce n’est que quelques heures plus tard, sur la même route que Banque Poupulaire effectuera cette manœuvre. Virbac Paprec arrivant plus tard sur les lieux bénéficiera d’une situation plus facile grâce à l’approche d’une perturbation par l’ouest qui précipitera pour lui la rotation du vent au secteur sud avant même qu’il n’ai trop molli.
Pour cette journée le faible écart entre François et Armel devrait donc être stabilisé. Par contre Jean-pierre continuera à recoller.

 

Jeudi 24 : Déjà tous les 3 dans le courant perturbé de SSW. Les vitesses vont s’accélérer pour chacun. Il n’est pas sûr que François et Armel puissent mettre le cap direct sur l’arrivée. Avec un vent continuant sa progression vers le SW, c’est à dire juste dans l’axe de la route, il va falloir se résoudre à aller chercher un nouvel empannage.

 

Vendredi 25 : Les vents se renforcent par l’ouest… tous les 3 devraient être concernés en même temps.


Nos pronostics


Dans ces conditions nous « parions » sur une arrivée de MACIF samedi en soirée, de BANQUE POPULAIRE dans la nuit de samedi à dimanche, de VIRBAC PAPREC lundi matin.


LIRE AUSSI:

L'apnéiste Pierre Frolla sensibilise les enfants

 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer par téléphone au 3201*.