Vendée Globe
Au cœur de la course

Dernier coup de rein

Mots clés :

Dernière ligne droite pour François Gabart et Armel Le Cléac’h qui sont attendus dimanche aux Sables d’Olonne.



Crédit photo : Jean-Marie Liot (DPPI) - Vendée Globe

En route directe vers le cap Finisterre dans des vents d’ouest de plus de 20 noeuds, François Gabart (Macif) et Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) naviguaient, vendredi matin, entre 15 et 16 noeuds de moyenne. A 890 milles du but, Gabart possédait 101 milles d’avance sur Le Cléac’h. Un matelas confortable qui devrait permettre au skipper de Macif, sauf coup de théâtre, de remporter la septième édition du Vendée Globe et devenir ainsi, à 29 ans, le plus jeune lauréat de l’épreuve. Rien ne devrait plus ralentir les deux leaders jusqu’aux Sables d’Olonne où le vainqueur est attendu dimanche à partir de 3 heures du matin. Actuellement bâbord amure, les deux marins devraient naviguer sur le même bord toute la journée avant d'empanner à la faveur d'une bascule du vent au sud-ouest, qui leur permettra de faire route directe vers leur destination finale. Toujours troisième ce matin à l’approche de Açores, Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec), qui navigue à 10 noeuds, ne précède plus que de 37 milles Alex Thomson (Hugo Boss) qui doublera dans les prochaines heures. Dimanche, au niveau de l’archipel espagnol, le Niçois prendra la décision de boucler son tour du monde sans quille ou d’abandonner. Tout dépendra de la météo à venir.


Le Cam et Golding dans le Nord 


Toujours à la bagarre pour la cinquième place, Jean Le Cam (SynerCiel) et Mike Golding (Gamesa) sont revenus la nuit dernière dans l'hémisphère nord en franchissant l’équateur. Le Cam, lui, en a enfin fini avec l'Atlantique Sud. Et le moins que l'on puisse dire est que celui-ci ne lui a pas vraiment fait de cadeau. De longues journées de progression difficile au près, dans une mer casse bateau, ont mis à rude épreuve les nerfs du marin et allongé significativement son temps de remontée. Il aura mis 16 jours et 11 heures  entre le cap Horn et l'équateur (4 000 milles), contre 14 jours pour François Gabart. Un peu plus de 4 heures dans le sillage du skipper de SynerCiel (soit 1 h 15 ce matin), Mike Golding (Gamesa) franchissait également la ligne de démarcation des deux hémisphères, une semaine après Alex Thomson. Le Breton et l'Anglais vont naviguer toute la journée dans un paisible vent d'est d'une dizaine de noeuds, qui devrait tourner au nord-est demain. Même si la progression des deux “quinquas” fut laborieuse, elle leur a toutefois permis de distancer leurs poursuivants immédiats. De ceux-ci, c'est Dominique Wavre (Mirabaud) qui s'en sort le mieux. A 440 milles de Jean Le Cam, le Suisse était le seul marin de l'hémisphère sud à afficher une vitesse à deux chiffres depuis 24 heures. Son expérience lui a guidé le choix d'une route médiane, la plus proche possible de la route directe, et c'était visiblement la moins mauvaise, considérant les exécrables conditions météorologiques rencontrées... Les pires que ce tourdumondiste acharné ait jamais rencontré. Au travers, dans un vent d'est de 10-15 noeuds qui va adonner, il devrait passer l'équateur dans une trentaine d'heures... Toujours très à l'ouest, à 80 milles des côtes brésiliennes, Arnaud Boissières (Akena Vérandas) semble accélérer légèrement pendant que Javier Sanso (Acciona 100 % EcoPowered) n'en finit pas de s'extirper de vents erratiques. Après une nuit très difficile, il progressait à 4,2 noeuds ce matin...

 



Retour des retardataires



Même si elle est moins rapide ce matin, la queue de flotte a au contraire bien profité de cette remontée de l'Atlantique Sud. A commencer par Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets). Celui-ci n'est plus qu'à 120 milles de l'Espagnol pendant que Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) est parvenu également à ne pas trop se faire décrocher, 300 milles derrière. Si la situation météorologique s'est maintenant compliquée, le gain sur le peloton des poursuivants est vraiment à signaler. A 4 323 milles du leader, Alessandro Di Benedetto (Team Plastique), privé de presque toutes ses voiles de portant, bénéficie d'une bonne progression au près, dans un vent de nord de 15 noeuds qui devrait basculer progressivement au nord-ouest dans l'après-midi, en fraîchissant. Pour lui, la route est encore longue mais il n'y a là pas vraiment de quoi impressionner celui qui a réussi à boucler un tour du monde, en solitaire et sans assistance, sur un bateau trois fois plus petit... en 268 jours !




CLASSEMENT



Positions du 25/01 à 5 heures : 1.François Gabart (Macif) à 890 milles de la ligne d’arrivée; 2.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) à 101 milles du leader; 3.Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) à 732,2 m; 4.Alex Thomson (Hugo Boss) à 769 m; 5.Jean Le Cam (SynerCiel) à 2 246,3 m; 6.Mike Golding (Gamesa) à 2 288,7 m; 7.Dominique Wavre (Mirabaud) à 2 685,7 m; 8.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 2 909,9 m; 9.Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 2 985,5 m; 10.Bertrand De Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) à 3 153,5 m; 11.Tanguy de Lamotte (Initiatives-Coeur) à 3 441,7 m; 12.Alessandro Di Benedetto (Team Plastique) à 4 323,2 m. Abandons : Marc Guillemot (Safran); Kito de Pavant (Groupe Bel); Samantha Davies (Savéol); Louis Burton (Bureau Vallée); Jérémie Beyou (Maître CoQ); Zbigniew Gutkowski (Energa); Vincent Riou (PRB); Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat).
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction