Vendée Globe
Au cœur de la course

Statu quo au large du Brésil

Mots clés : , ,

Les côtes brésiliennes n’accouchent, pour l’instant, d’aucun bouleversement : chacun campe sur ses positions dans un alizé bien établi.


Crédit photo : Jean-Marie Liot (DPPI)/Vendée Globe

Les 14 marins encore en lice dans le tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance n’ont pas le choix. Pour rejoindre la longitude du cap de Bonne Espérance, ils sont actuellement condamnés à longer les côtes brésiliennes. L’anticyclone de Sainte-Hélène leur barre le chemin et il va leur falloir prendre leur mal en patience. Plutôt que d’espérer couper en route directe vers la pointe sud de l’Afrique, ils naviguent quasiment à 90° de la route.

En témoigne leur vitesse de rapprochement de la prochaine marque, ridiculement faible. Mais en voile, c’est souvent la règle : il faut accepter de concéder des milles avant d’en regagner ensuite. Pas d’autre issue que d’emboiter le pas d’Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), et gare à l’imprudent qui serait tenté de mettre trop vite le clignotant à gauche. La punition serait immédiate en restant un long moment englué dans des calmes plats. La patience est de mise en empruntant un cap au sud-sud-ouest avant de pouvoir prendre un virage presque à angle droit quand il sera l’heure de toucher les quarantièmes rugissants.

 Tout le monde à la même enseigne

 Dans un vent bien établi d’est-sud-est de l’ordre de 15 nœuds, Armel Le Cléac’h descendait l’Atlantique Sud à 11 nœuds de  moyenne au pointage de vendredi, à 5 heures du matin. Derrière, les cinq sempiternels chasseurs : François Gabart (Macif), Vincent Riou (PRB), Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) et Alex Thomson (Hugo Boss) suivaient sans difficulté le rythme imposé par le chassé.

Le trio composé de Mike Golding (Gamesa), Dominique Wavre (Mirabaud) et Jean Le Cam (SynerCiel) naviguait avec les mêmes conditions météo et à la même vitesse que les leaders. Parmi les cinq derniers bateaux encore dans l’hémisphère Nord, le plus rapide est pour l’heure Team Plastique du franco-italien Alessandro di Benedetto qui file à plus de 13 nœuds à l’approche de l’équateur. En sachant que c’est aussi le seul à n’avoir pas encore traversé le Pot au Noir… A l’aube du 14ème jour de course, il est réjouissant de constater l’homogénéité de la flotte. En dehors de di Benedetto qui barre un monocoque 60 pieds vétuste, moins de 500 milles séparent Le Cléac’h de Bertand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) actuellement treizième.

 

CLASSEMENT

 

Positions du 23/11 à 5 heures : 1.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) à 20 722 milles de la ligne d’arrivée; 2.François Gabart (Macif) à 44,5 milles du leader; 3.Vincent Riou (PRB) à 54,6 m; 4.Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) à 66,4 m; 5.Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) à 74,8 m: 6.Alex Thomson (Hugo Boss) à 89,5 m; 7.Mike Golding (Gamesa) à 260,9 m; 8.Dominique Wavre (Mirabaud) à 295,7 m; 9.Jean Le Cam (SynerCiel) à 301,1 m;10.Tanguy de Lamotte (Initiatives-coeur) à 423,7 m; 11.Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 423,7 m;  12.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 424,2 m; 13.Bertrand de Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets) à 495,9 m; 14.Alessandro di Benedetto (Team Plastique) à 695,3 m. Abandon : Marc Guillemot (Safran); Kito de Pavant (Groupe Bel); Samantha Davies (Savéol); Louis Burton (Bureau Vallée); Jérémie Beyou (Maître CoQ); Zbigniew Gutkowski (Energa).

 

LIRE AUSSI :

Vendée Globe : Le coup de gueule de Jean Le Cam

François Gabart : «Courir le Vendée Globe, un privilège»



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction