Vendée Globe
Au cœur de la course

Les leaders en régate dans l'hémisphère sud

Mots clés : ,

Le Vendée Globe, marqué mercredi par un sixième abandon, est toujours mené par Armel Le Cléac'h (Banque Populaire).


SAILING - VENDEE GLOBE 2012-2013 - SKIPPERS PROD / La Chaîne Météo - Le Cléac'h: «Les écarts sont faibles, les camarades ne sont pas très loin. On voit que les favoris sont là, la bagarre s'annonce belle pour les prochaines semaines». Crédit Photo: Armel Le Cléac'h / banque Populaire.

L'Everest de la course au large prouve une nouvelle fois qu'il est un mélange de régate spectaculaire et d'aventure hors norme. Côté régate, la flotte était toujours menée mercredi soir par Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) qui avait franchi l'Équateur en début de matinée. «Je suis content que ce soit la fin du parcours entre les Sables d'Olonne et l'Équateur, a confessé mercredi le marin, à la vacation du jour. Les écarts sont faibles, les camarades ne sont pas très loin. On voit que les favoris sont là, la bagarre s'annonce belle pour les prochaines semaines».

Armel Le Cléac'h a toujours à ses trousses un groupe de cinq bateaux, très proches de lui (moins de 50 milles, 75 kilomètres) mais aussi très proches les uns des autres, qui s'échangent les deux marches restantes du podium virtuel de la course au gré des classement. «La route est longue, expliquait mercredi après-midi Vincent Riou (PRB) au téléphone). Avec autant de concurrents à proximité, si on ne règle pas son bateau, les copains décollent et s'échappent».

Après la traversée de la zone de convergence entre les alizés d'hémisphère nord et ceux d'hémisphère sud (Pot au Noir), les concurrents vont devoir maintenant négocier le redoutable anticyclone de Saint-Hélène qui, quand il se déplace, peut enfermer les voiliers dans ses vents mous. Lors de l'édition 2004-2005, il avait permis à Jean Le Cam et Vincent Riou alors en tête de s'échapper. Malheur également à ceux qui coupent le fromage en passant trop près de son centre. «Je cherche une petit portillon pour couper l'anticyclone mais pour l'instant je ne vois rien», expliquait mercredi Riou.

La puissance de l'océan.

Côté aventure, la course a été marquée par l'abandon du polonais Zbigniew Gutkowski (Energa) qui faisait face à des problèmes de pilote automatique depuis plusieurs jours et était déjà quasiment hors course. «J'ai fait tout ce que je pouvais pour réparer mes problèmes électroniques depuis plusieurs jours, a-t-il écrit, abattu, dans un mail. N'ayant aucun pilote automatique, je ne peux pas courir, et si je ne peux pas courir, je dois abandonner. C'est une décision difficile, l'une des plus difficiles de ma vie. Mais c'est le Vendée Globe, c'est la puissance de l'océan et vous ne pouvez pas vous y opposer».

Pendant ce temps, Samantha Davies (Savéol) victime d'un démâtage la semaine dernière poursuit sa remontée sous gréement de fortune vers le Portugal. «Aujourd'hui Savéol se déplace à la vitesse d'un escargot et pas dans la bonne direction: nous avançons vers Tanger», a déclaré la seule femme de la course qui devait faire face à de forts vents contraires.



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction