Vendée Globe
Au cœur de la course

Geeks et skippers au coude à coude

Mots clés : , ,

16 skippers sur l'eau, 300 000 derrière l'interface de Virtual Regatta et des aléas de course pour tout ce beau monde.


crédits photo: Vendée Globe

« Nous venons de passer la barre des 300 000 joueurs, annonce Thomas Gauthier, community manager de Virtual Regatta. Lors du dernier Vendée Globe, nous avions terminé à 340 000 inscrits. C'est une plus forte hausse que nous ne l'imaginions. » Thomas Gauthier a déjà repéré quelques skippers du monde réel sur l'interface de jeu: « J'ai retrouvé plusieurs figaristes mais aussi le bateau d'Yvan Ravussin, l'un des équipiers de Loïck Peyron pour le trophée Jules Verne. Loïck Peyron a un compte Virtual Regatta mais je ne l'ai pas encore croisé sur l'interface. » Et puis il y a aussi le fameux Michel Desjoyeaux; le double vainqueur du Vendée Globe avait confié, avant le départ, son envie de participer à la régate virtuelle avec un bateau à son nom et un bateau anonyme. « J'ai essayé de localiser ce bateau anonyme mais je ne l'ai pas encore trouvé!  », commente Thomas Gauthier.

 

Un ofni sur l'eau = un bug sur la toile


Alors que le Vendée Globe connaissait quatre abandons (Marc Guillemot, Kito de Pavant, Samantha Davies et Louis Burton), la toile faisait face aussi à une semaine mouvementée: un bug de quatre heures, mercredi soir, et 3000 messages de joueurs mécontents. « Tout s'est bien passé au moment de la bascule de vent, à 20H, ce n'est que 4 minutes plus tard que l'interface est devenue indisponible, explique-t-il. Pourtant, il n'y avait que 10 à 13 000 internautes sur la page de jeu au moment du bug et notre serveur était tout à fait capable de le supporter. » Le community manager envisage un dysfonctionnement extérieur. « Peut-être au niveau du logiciel », évoque-t-il prudemment. Les internautes lui ont reproché son manque de communication. « Quand le bug est arrivé, je rentrais chez moi, entre un bus et un métro, explique Thomas Gauthier. J'ai passé ma porte d'entrée à 20H21 et j'ai posté mon premier message à 20H24. Ensuite, je ne voulais pas m'avancer trop pour ne pas communiquer d'inexactitudes. C'est un peu comme un garagiste: il ne va pas vous donner d'explications sur la panne si ses mécaniciens sont encore en train de travailler sur votre voiture, c'est son sérieux qui est en jeu. » Thomas Gauthier assure comprendre la frustration des joueurs qui ont dû veiller jusqu'à une heure, deux heures du matin, pour accéder à l'interface et manoeuvrer leur bateau virtuel. Il ajoute: « Nous sommes dans une simulation de course au large, qu'est-ce que quatre heures de perdues sur une course de trois mois ? » La course a finalement repris comme si de rien n'était, toujours calée sur la météo réelle des skippers du Venéde Globe.

 

Les geeks en tête de flotte
 

Ceux qui ont le moins souffert de ce bug sont les internautes qui ont des options payantes et qui avaient programmé leur cap avant la bascule de vent. Leur bateau a continué sa navigation comme si de rien n'était. « En observant leur façon de naviguer, je peux supposer que les premiers de la flotte ont choisi ces options payantes », explique Thomas Gauthier. Lui, avance dans le gros de la flotte. « Au début, nous sommes influencés par les choix de route des skippers, admet-il, mais c'est comme sur la mer: ce qui est bon pour l'un n'est pas forcément bon pour l'autre. On ne peut pas imiter un skipper qui est loin devant ou loin derrière et qui n'a pas les mêmes conditions météo. Après, on peut observer la technique des skippers réels, pour le passage du Pot au Noir par exemple, et en prendre de la graine. » Le Cap Vert est en vue pour les têtes de flotte, virtuelle et réelle. Mais si les internautes ont les mêmes conditions de vent que les skippers réels, ils n'ont pas à en découdre avec des vagues de plusieurs mètres de haut.
 

LIRE AUSSI: 

Pronostics Vendée Globe: samedi 17 novembre

Dominique Wavre: "L'expérience ultime pour rechercher ses limites"

Comment trouver le sommeil gagnant ? 

 

 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction