Vendée Globe
Au cœur de la course

Vendée Globe: François Gabart mène toujours la danse

Mots clés : , ,

Alors que la tête de la flotte sortait du golfe de Gascogne dimanche en fin d'après-midi, François Gabart (Macif) était toujours en tête du Vendée-Globe, entraînant dans son sillage Vincent Riou (PRB) et Armel Le Cléac´h (Banque Populaire). Ils ne sont plus que 19 solitaires en course après l’abandon de Marc Guillemot (Safran) suite à la rupture de sa quille.
 


crédits photo: Macif

Un sacré bizuth !


Des grains à plus de 30 noeuds, des averses glacées, des vagues pour leur première nuit en mer, les marins du Vendée Globe ont été servis ! Il a fallu tour à tour réduire ou renvoyer de la toile et veiller constamment aux réglages, rester dynamique et alerte dans cette course de vitesse de 300 milles sur un bord qui menait jusqu’au cap Finisterre. Et ne pas dormir. Un challenge relevé par les leaders, emmenés depuis samedi soir par un sacré bizuth : François Gabart, 29 ans. Au près-débridé, le skipper de Macif a été le plus rapide de tous et était le premier à doubler cet après-midi la pointe nord-ouest de la péninsule ibérique. Dans son sillage, déjà, une  brochette de favoris : Vincent Riou (PRB), Armel Le Cléac’h (Banque Populaire), Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss) et Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3).
Ces six-là ont attaqué toute la nuit et avalé le golfe de Gascogne en un peu plus de 24 heures.
Les voici désormais vent arrière, poussés par une longue houle de nord-ouest, en route pour de belles glissades au portant le long de la péninsule ibérique. Mais avec quelques empannages à la clef et de nombreux cargos sur leur chemin.


Une flotte étirée sur près de 150 milles


Dans ces conditions de navigations délicates, les poursuivants ont décidé de jouer la prudence, sachant que le voyage est encore long. C’est ce que révélait Samantha Davies (Saveol), dans un message envoyé cette nuit : « Je joue la sécurité et gardant une voilure plus réduite ». De fait, le différentiel de vitesse entre les premiers et la queue de peloton se monte à plus de 4 noeuds pour ces premières 24 heures. Résultat : la flotte s’est déjà étirée sur 147 milles. Bertrand de Broc (Votre Nom autour du Monde avec EDM Projets), reparti au petit matin des Sables d’Olonne après avoir réparé la coque de son bateau, accuse quant à lui 242 milles de retard.


La mauvaise fortune de Marc Guillemot

 

Chacun à leur rythme, les 19 marins engagés dans le tour du monde en solitaire entrent progressivement dans leur univers. Marc Guillemot, lui, a dû jeter l’éponge au bout quelques heures de navigation. Déçu, frustré, ému, il est revenu ce matin sur les événements qui l’ont conduit à abandonner : une rupture de quille, dont les raisons seront analysées. Il y a quatre ans, « Marco » avait réalisé l’exploit, justement, d’effectuer les derniers mille milles de course sans quille. Et son périple autour du globe avait été émaillé de nombreuses péripéties. Il souhaitait plus que tout faire un beau Vendée Globe, sportif, sans anicroches. Le sort lui est cruel.


Les voix du large

 

Marc Guillemot (FRA, Safran) : « C’est une énorme déception pour tout le monde, non seulement pour moi mais aussi pour toute l’équipe et mes partenaires Safran. Je suis dépité et extrêmement déçu mais j’espère découvrir ce qui a pu arriver. C’est dur mais il m’en faut un peu plus pour m’arrêter, toute cette déception va s’atténuer au fil des jours et on va essayer d’avancer et surtout de comprendre pourquoi. La course continue, je ne penserai plus qu’à ceux qui sont sur l’eau. Je ne suis pas étonné de voir François en tête, nous avons un plateau vraiment intéressant. Je leur souhaite bon vent, soyez prudents, revenez tous aux Sables et ce sera le principal. »

Bertrand de Broc (FRA, Votre Nom autour du Monde) : « Ca ne va pas mal, on a repris le chemin
de la navigation. Les conditions ne sont pas très simples avec de petits grains qui peuvent passer de 10 à 21 nuds. On va avoir des conditions difficiles pendant 24h avec des vents capricieux et assez forts. Les réparations sur Votre Nom autour du Monde ont été rapides, on a environ 12h de retard mais la route est longue, tout est parfait maintenant. Avec Marc, on a dû se croiser en face du chenal. C’est bien malheureux, on s’était donné rendez-vous dans le Sud avec lui. C’est une déception, il avait préparé ça depuis 4 ans et ça s’arrête un peu rapidement. Je lui souhaite du courage. Les réparations sur Votre Nom autour du Monde ont été rapides, on a environ 12h de retard mais la route est longue, tout est parfait maintenant. »


Vincent Riou (FRA, PRB) : « Ça va bien à bord de PRB. Je suis au niveau de La Corogne, on a pas mal de vent mais on fait route vers le cap Finisterre que l’on devrait contourner en fin de journée. La nuit a été mouvementée, plein de grains, plein de bazar, il a fallu bosser un peu ! Il y a eu beaucoup de bascules en début de nuit mais j’ai pu dormir en deuxième partie de nuit. La mise en jambes n’a pas été trop difficile pour le moment. Nous avons eu pas mal de boulot, puis dès que l’angle s’est un peu ouvert, il a fallu faire décoller le bateau. On n’a pas eu trop le temps de réfléchir, tout s’est bien établi, il était temps d’aller faire les premières siestes. La journée va être longue et la nuit prochaine aussi. »


Kito de Pavant (FRA, Groupe Bel) : « Il y a encore du vent, je suis à peu près au nord ouest de l’Espagne. Je n’ai pas dormi de la nuit car les conditions étaient très, très changeantes avec des rafales quasiment en permanence. Par contre j’ai mangé sans problème. Je suis nickel, il me manque juste un peu de sommeil. Je suis proche d’ACCIONA et de Mirabaud, on devrait avoir du vent encore fort pour rester au portant. Mon dernier Vendée Globe s’était écourté rapidement, il me reste encore quelques heures pour battre mon record de durée! »


Mike Golding (GBR, Gamesa) : « Ça va plutôt bien. J’ai pu manger et je pense passer le Cap Finisterre d’ici trois ou quatre heures, pour mettre le cap au sud. Je suis un peu déçu de ne pas être mieux classé, j’ai du mal à comprendre cet écart avec les autres. Il va falloir choisir le bon moment pour virer et la situation météorologique qui s’annonce va être un peu plus compliquée que prévu, ce qui va permettre à certains d’entre nous de faire la différence. Je ne savais pas que Marc avait abandonné, je suis vraiment triste pur lui. Je sais qu’il va être terriblement déçu, mais au moins il n’est pas blessé. »

 

CLASSEMENT

Positions du 11/11 à 20 heures :1.François Gabart (Macif) à 23 598 milles de la ligne d’arrivée; 2.Vincent Riou (PRB) à 10,4 milles du leader; 3.Armel Le Cléac´h (Banque Populaire) à 11,5 m; 4.Bernard Stamm (Cheminées-Poujoulat) à 28,4 m; 5.Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) à 33,4 m: 6.Alex Thomson (Hugo Boss) à 33,8 m; 7.Jean Le Cam (SynerCiel) à 40,2 m;  8.Jérémie Beyou (Maître CoQ) à 44,6 m; 9.Arnaud Boissières (Akéna Vérandas) à 47,4 m; 10Javier Sanso (Acciona 100% EcoPowered) à 50,2 m;.11.Mike Golding (Gamesa) à 53,7 m;  12.Kito de Pavant (Groupe Bel) à 56,6 m; 13.Louis Burton (Bureau Vallée) à 66,2 m; 14.Dominique Wavre (Mirabaud) à 69,8 m; 15.Samantha Davies (Savéol) à 81,9 m; 16.Zbigniew Gutkowski (Energa) à 90,8 m; 17.Tanguy De Lamotte (Initiatives-coeur) à 98,5  m; 18.Alessandro Di Benedetto (Team Plastique) à 162,1 m; 19.Bertrand De Broc (Votre Nom Autour du Monde avec EDM Projets); à 245,6 m. Abandon : Marc Guillemot (Safran)
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction