Vendée Globe
Au cœur de la course

Vendée Globe J-3 : la légende a un nom

Mots clés : , ,

Quand le football a ses Coupes du Monde, que l’athlétisme a ses JO, la voile, elle, a son Vendée Globe. La course des « sans » : tour du monde à la voile, en solitaire, sans escale, sans assistance. Mais certainement pas sans peine. La septième édition se lance samedi, des Sables-d’Olonne.


Coupe du monde de football, Jeux Olympiques, Vendée Globe, même combat : tous les quatre ans, de nouvelles histoires s’écrivent, et accouchent bien souvent de légendes. Il y a fort à parier que la septième édition de celle que l’on appelle aussi « La course des trois caps », qui s’élancera des côtes vendéennes le 10 novembre prochain, n’échappera pas à la règle. Du moins lorsque l’on prend connaissance du nom des skippers engagés. Difficile de croire à l’arnaque.

 

Jeunes loups, vieux loups

 

Mélange de petits jeunes à l’ambition grande comme ça, et de vieux loups de mers à qui on ne la fait pas, le Vendée Globe 2012-2013 propose un challenge relevé. Vingt skippers, Vingt solitaires, dont neuf qui affichent déjà deux participations au compteur. Il y aura du Vincent Riou, premier en 2005, du Michel Desjoyeaux, dernier vainqueur en date (2008-2009), du Armel Le Cléac’h, son dauphin lors de cette même édition… Et tout ce petit monde bourlinguant sur son monocoque de 18 mètres de long autour des océans du monde, du cap Horn au cap Leeuwin en passant par le cap de Bonne-Espérance.

 

Une course et des légendes

 

Petit retour en arrière. En 1989-1990, à l’occasion de la première édition du Vendée Globe, Titouan Lamazou triomphe. Temps : 109 jours et des brouettes. Vingt ans plus tard, Michel Desjoyeaux met tout le monde d’accord : 87 jours, et on se passera des brouettes.
C’est un peu ça, le Vendée Globe. Une course qui va toujours plus vite, plus haut, plus fort, à l’image d’une devise bien célèbre. Une course qui bâtit des légendes. Le Vendée Globe est à la voile ce que l’Everest est à l’alpinisme : une usine à fantasmes en même temps qu’une fabrique d’histoires parfois trop réelles, parfois trop funestes. C’est Bertrand de Broc, en 1992-1993, qui se recoud la langue. Seul. C’est Yves Parlier, en 2000-2001, qui se la joue Crusoé sur une île du bout du monde, se bricolant un gréement de fortune et ingurgitant algues et poissons pêchés. Et c’est Gerry Roufs, au cours de la dernière édition, dont l’embarcation est retrouvée échouée sur les côtes chiliennes. Echouée et vide… Le Vendée Globe 2012 est dans les starting-blocks. Les légendes aussi.
 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction