Vendée Globe
Au cœur de la course

Kito de Pavant, la passion incarnée

Mots clés : , , ,

PORTRAIT : Il avait malheureusement abandonné après seulement 28 heures de course lors de la dernière édition du Vendée Globe. Kito de Pavant (Groupe Bel) rêve toujours de belles histoires.


Crédits Photo : Gilles Martin-Raget/Groupe Bel

La caisse à savon fabriquée par son père dans sa prime jeunesse lui a sans doute construit son éternel optimisme. Des rives du lac de Milhac en Dordogne aux futurs milles à ingurgiter dans les prochains mois, Kito de Pavant ne s’est jamais lassé de ses navigations. De ses mouillages autour de la planète avec sa chaîne d’arpenteur des flots, qu’ils se trouvent au Lac Tanganyika, Bornéo, Maldives, Los Roques, Cuba ou encore à l’Île-à-Vache, la bien nommée, l’homme qui rit ne garde que des moments de félicité. L’appel du large, depuis les rives méditerranéennes, débute véritablement une fois la fac de science délaissée. Ayant dévoré les livres d’Olivier Stern-Veyrin, le GPS ayant à l’époque qu’un usage belliqueux, la première grande traversée débute depuis Port-Camargue. La droite de hauteur crée rapidement l’estime que lui vouent ses compagnons d’aventure. C’est un fait, l’homme réservé a du charisme. Dès lors, pendant plus de 15 ans, son métier est de boucler convoyages sur convoyages. Son amer restant la grève de l’Espiguette et le club de plage qu’il monte et démonte chaque belle saison venue.


Nouvelle vie


La course, elle, a débuté sur le tard. Le circuit Figaro le voit débarquer en 2000. L’anonyme détonne. Il a alors 39 ans. Trois saisons plus tard, il décroche la timbale dans la Solitaire éponyme. Coup de pied dans l’académisme des solitaires. « J’avais une certaine appréhension en arrivant dans le milieu. Mais j’ai été très bien accueilli. C’est peut-être ma principale fierté. J’ai appris beaucoup sur moi à cette époque-là. Et je me suis posé la question de savoir pourquoi je n’avais pas commencé plus tôt la compétition. Car il y avait une vraie frustration depuis ma jeunesse. Maintenant, je suis heureux. Il y a toujours eu le plaisir de réussir même si tout n’était pas parfait », déclare l’Héraultais le visage s’éclairant.
C’est le moins que l’on puisse dire. En entrant sur le circuit des 60 pieds il y a maintenant cinq ans, la première participation au Vendée Globe de Kito de Pavant tourne au camouflet : « Le bateau sentait encore la peinture et moi je partais pour gagner. Je sortais d’une période euphorique où tout me réussissait. J’étais ambitieux, sans doute prétentieux. Et là, le lait déborde. Il n’y a pas que le mât qui est tombé. Ce gros échec a remis l’homme à sa place. Heureusement, il y a un sponsor formidable qui dit on continue. Et on se rend compte que nous n’avions pas fait d’erreur de calculs mais que les bateaux ne résistent pas à tout. On continue donc avec des bons moments et des passages par la correctionnelle avec abandons dans la Route du Rhum et la Barcelona. Mais à chaque fois, sans avoir l’impression d’être responsable. Car on ne peut pas tout contrôler au niveau de certaines malfaçons ».


Expérience


La bonhommie de façade à la tonalité chantante, cache un bourreau de travail. « Sur le projet Groupe Bel, je suis excessivement exigeant. Un vrai casse-couilles. Mais je pense que c’est une qualité. Ces projets sont tellement difficiles à mener, sportivement, techniquement, dans la relation avec les sponsors », admet-il. Il faut donc repartir maintenant vers une belle histoire à écrire avec son coursier : « Le bateau est super dur à naviguer vent de face comme au portant, mais j’ai toujours confiance en lui. C’est une sorte de 4X4 capable d’aller partout avec des amortisseurs laissés au garage. A moi de trouver le compromis entre tête brûlée et sagesse. L’expérience va compter avec tous les paramètres que l’on ne connaît pas encore ».
Kito de Pavant part donc pour une nouvelle aventure humaine personnelle. Acceptant d’affronter des contrées lointaines sans garde-fou. Sachant que le plaisir viendra uniquement lorsqu’il sera l’heure d’en raconter les plus beaux instants.

 



SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction