Risque de surcote ce week-end en Méditerranée
28/11 14:31

Après une semaine déjà agitée, les intempéries vont redoubler d’intensité ce week-end, en affectant plus particulièrement le Roussillon. L’Aude et les Pyrénées-Orientales sont les deux départements qui connaîtront les intensités et les cumuls de pluies les plus importants. Ce n’est que dimanche soir que la situation s’améliorera progressivement, avec l’éloignement de la dépression responsable de ce mauvais temps. Toutefois, la Corse pourrait également connaître un temps perturbé durant la journée de lundi.


Inondations côtières possibles
Les conditions en mer s’annoncent aussi particulièrement mauvaises avec un vent d’est violent, atteignant 100 à 120 km/h en rafales. Les côtes du Roussillon, du Languedoc, de Provence et du Var seront les plus exposées aux fortes vagues, atteignant 3 à 4 mètres en moyenne. Dans ces conditions, un risque de surcote sur les parties basses et vulnérables du littoral de l’Aude et de l’Hérault est également à craindre. Ce vent, contraire à l’écoulement des eaux des rivières, renforcera par ailleurs le risque de crues.
 

Relier le Cap Horn à l'Antarctique par la force des bras
28/11 13:39

Réunies au sein de l'association "Cap ô pas cap", les trois championnes du monde de sauvetage côtier, Stéphanie Geyer-Barneix, Alexandra Lux, originaires de Capbreton (Landes), et l'Espagnole Itziar Abascal, s'apprêtent à partir du 15 décembre, en fonction de la météo, à plonger dans les eaux glacées du Cap Horn (Chili), pour effectuer les 1.000 km de traversée en relais de 75 minutes chacune. Revêtues d'une combinaison étanche sur mesure, elles estiment qu'il leur faudra de 15 à 20 jours pour relier, couchées ou à genoux sur la planche, le continent glacé selon elles "symbolique en matière d'environnement".

 

Deux traversées préparatoires, entre la Corse et Monaco, puis entre Lorient et Capbreton, ont permis aux rameuses de tester leur état de forme et leur matériel. "On sait que ça va être très difficile", prédit Alexandra Lux, qui avait déjà, en 2009 avec ses deux compères, traversé l'Atlantique Nord en 54 jours entre l'île du Cape breton (Canada) et Capbreton sur la côte landaise.

 

"Il y aura le froid avec de l'eau à 2°C, le vent, la houle de mer, et aussi les animaux rencontrés qu'il faudra gérer", a expliqué jeudi à Bordeaux la sociétaire du club de sauvetage de Capbreton. Si les conditions de sécurité ne sont pas réunies en cas de forte tempête ou d'extrême fatigue, les rameuses se réservent le droit de se reposer à bord du voilier accompagnateur et de reprendre la traversée au même endroit grâce à un relevé GPS. Outre l'exploit sportif inédit, des relevés d'eau seront effectués par leur bateau accompagnateur pour mesurer la quantité de micro-particules de plastique et de mercure. Les échantillons seront analysés par le CNRS de Villefranche-sur-mer (Alpes-Maritimes).

 

Un volet de sensibilisation des jeunes est également accolé au projet d'un coût de 400.000 euros, pris à moitié en charge par diverses collectivités locales, l'autre moitié étant financée par des partenaires privés et un financement participatif. Un jeu interactif, qui est mis à disposition des enseignants de primaire avec l'approbation de l'Inspection d'académie, permet également de sensibiliser les enfants à la protection de l'eau.

Route du Rhum : le benjamin de la course est arrivé
28/11 09:26

Paul Hignard, le benjamin de la 10e édition de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe, est arrivé peu avant 22h30 ce jeudi 27 novembre, heure de métropole. Le jeune skiper de 19 ans a bouclé son premier Rhum à la 31e place en Class40 malgré son gréement de fortune.

Avant de franchir la ligne, le monocoque Bruneau a subi une nouvelle avarie et a du faire une escale technique au mouillage près de Rivière Sens : deux poulies étant cassées en haut du mât de fortune. Mais, le jeune homme a tenu bon et pu terminer sa course avec plus de 600 milles d'avance sur le dernier de la Class40, le Lorientais Vincent Lantin. Son temps de course est de 25 jours, 7 heures et 35 minutes.
 

Pollution : les émissions des navires bientôt sous contrôle
27/11 12:28

L'Union européenne a adopté mercredi un mécanisme pour mesurer et contrôler les émissions polluantes des navires à partir du 1er janvier 2018 afin de les réduire dans le cadre de la lutte contre le réchauffement du climat.

L'accord trouvé entre les Etats et le Parlement européen doit encore être formellement entériné par les deux instances. Les nouvelles règles couvrent les émissions des navires de plus de 500 tonneaux, bateaux de guerre inclus. A compter du 1er janvier 2018, leurs propriétaires seront tenus de contrôler les émissions de chacun de leurs navires par voyage et sur une base annuelle. Ces informations seront transmises à la Commission européenne.

Le nouveau règlement permettra d'améliorer l'information sur les émissions de CO2 liées à la consommation de combustibles et sur l'efficacité énergétique des navires. Le secteur maritime contribue pour 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

 

"Captain Tsarev" a l'abandon depuis 6 ans
27/11 10:11

L'association de défense de l'environnement maritime Mor Glaz a dénoncé mercredi l'abandon depuis six ans dans le port de Brest du cargo panaméen Captain Tsarev, en allumant des feux de Bengale dans la rade.

Partis à bord d'un petit voilier, une poignée de membres de cette association a allumé des feux rouges devant le cargo long de 150 mètres, désormais dans un état de délabrement avancé et amarré à un quai du port depuis novembre 2008. "C'est la sixième année que le navire est là et nous avons l'impression que les administrations concernées par le dossier traînent des pieds", a expliqué Jean-Paul Hellequin, président de Mor Glaz. "Le droit de la propriété en France est un peu sacré et absolu. Donc, pour prendre le bateau et le démanteler, ça paraît incroyablement compliqué, alors que ce n'est qu'une question de volonté politique", a estimé Christian Bucher, vice-président de l'association. "Ca paraît tout à fait anormal qu'un bateau de cette taille encombre le port de Brest depuis autant d'années", a-t-il ajouté.

A la Chambre de commerce et d'industrie de Brest, gestionnaire du port, on assure qu'une procédure de saisine d'un juge afin d'obtenir la vente du navire va être lancée avec la région Bretagne, sans plus de précision cependant.

Une dizaine de navire de commerce sont immobilisés dans les ports français, selon l'association Robin des Bois, qui cite notamment le Rio Tagus, à Sète depuis quatre ans ou le thonier Marginella, à Cherbourg depuis 2007. Selon elle, cette difficulté à gérer la fin de vie des navires à un effet pervers : les inspecteurs de la sécurité maritime dans les ports peuvent avoir tendance à laisser partir des navires en mauvais état de peur que les armateurs n'aient pas les moyens de procéder aux réparations et qu'ainsi le port se retrouve avec un nouveau "navire ventouse" à quai, a assuré Jacky Bonnemain, porte-parole de Robin des Bois. Ce dernier craint en outre que le Captain Tsarev subisse le même sort que le Cosette, immergé en urgence au début du mois au large de la Martinique, en raison de son état de délabrement avancé qui faisait craindre qu'il ne coule à tout moment à quai, menaçant les installations portuaires. 

Pluie, orages et forte houle en Méditerranée
27/11 08:10

L’accalmie aura été de très courte durée en Méditerranée. Alors que la semaine a de nouveau été très pluvieuse, en particulier dans l’Aude, l’Hérault, le Gard ou encore le département du Var, une nouvelle vague d’intempéries se prépare pour la fin de semaine et le week-end. La responsable de ce temps chaotique est une dépression qui va venir se positionner sur la Péninsule Ibérique. Dans ce contexte et avec un vent de sud-est très fort en Méditerranée, les pluies et orages vont remonter en direction des côtes du Roussillon, du Languedoc, de la Provence et aussi de la Corse.


Nouvelle alerte aux pluies dès vendredi
La journée de vendredi sera particulièrement pluvieuse dans le golfe du Lion, et en particulier entre l’Hérault, le Gard et les Cévennes. Le Roussillon et la Provence seront également touchés mais dans une moins grande proportion. Ce week-end, les intempéries vont redoubler d’intensité en raison de la remontée de cette dépression en direction des Baléares. Les départements de l’Aude et des Pyrénées-Orientales seront alors soumis à de puissants orages, apportant des cumuls de précipitations conséquents en quelques heures seulement. La Corse sera également concernée par des pluies localement intenses entre samedi et dimanche.


Portugal, Espagne et Maghreb également touchés
La France ne sera pas le seul pays concerné par ces intempéries. Là où la dépression circulera, il faudra également craindre des pluies et orages. Ce sera le cas dès la journée de vendredi entre le Portugal et le Maroc puis durant la première partie du week-end pour l’Espagne et l’Algérie. Dans ce type de situation, les conditions en mer seront délicates. Une forte houle concernera à la fois les côtes portugaises et marocaines vendredi et le golfe du Lion samedi et dimanche, avec des vagues parfois supérieures à 5 mètres.

Les océans révélés depuis l'espace
26/11 11:04

Le satellite GOCE, qui a achevé sa mission il y a un an, a permis d'établir "le meilleur modèle à ce jour" pour les courants océaniques, a annoncé mardi l'Agence spatiale européenne (ESA). Cette "percée" scientifique devrait favoriser une meilleure compréhension de l'évolution des océans dans le cadre de l'observation du réchauffement climatique. Surnommé la "Ferrari de l'espace", en raison de son fuselage aérodynamique, GOCE a aussi permis de cartographier les variations de la gravité terrestre "avec une précision inégalée", selon l'ESA.

 

Grâce aux mesures enregistrées par le satellite, les scientifiques ont pu dresser une carte en haute résolution du "géoïde". Il s'agit d'une carte virtuelle représentant la surface de notre planète sur laquelle la gravité s'exercerait de façon uniforme, en l'absence de toute influence extérieure (marées, courants marins, vents...). Cela donne une Terre irrégulière, en forme de patate avec des creux et des bosses. Grâce à la précision de cette carte, géophysiciens et climatologues peuvent désormais observer beaucoup plus finement les variations dans le niveau des mers, la circulation des océans ou l'évolution des calottes glaciaires.

 

Une estimation précise des courants est "cruciale pour mieux comprendre la dynamique des océans", a souligné Marie-Hélène Rio, de l'Institut des Sciences climatiques du Conseil national italien de la recherche, à l'occasion de la présentation des résultats de GOCE au siège de l'Unesco à Paris.

 

Lancé en 2009, GOCE s'est désintégré dans la haute atmosphère le 11 novembre 2013 sans occasionner de dommages matériels. La mission était arrivée à son terme naturel. Les données recueillies par le satellite continuent d'être exploitées et devraient permettre d'améliorer les connaissances sur le niveau de la mer, la dynamique glaciaire et l'intérieur de la Terre.

Nautic 2015 : une arrivée remarquée
26/11 06:58

La taille impressionnante de certains bateaux les oblige à emprunter différents parcours, les plus grands catamarans devant toujours jouer à saute-moutons par dessus les abris-bus. Certains navires, comme les Bali 4.5, Lagoon 450 ou Fountaine-Pajot Helia 44, de taille inhabituelle pour Paris, ont également l’autorisation exceptionnelle d’emprunter le périphérique.


Les plus grands bateaux entreront dans la capitale ce mercredi soir, avec deux parcours distincts pour rejoindre la Porte de Versailles :

Itinéraire 1 - Dédié aux bateaux hors-normes - Parcours Périphérique :
Porte d’Orléans - périphérique - sortie Porte de Sèvres - rue Louis Armand - rue de la Porte d’Issy - Porte T du Parc des Expositions.

Itinéraire 2 - Dédié aux monocoques - Parcours Intra-Muros :
Porte d’Orléans - Denfert-Rochereau - Boulevard Raspail - Boulevard Montparnasse - Rue Lecourbe - Porte T du Parc des Expositions.
 

 

LIRE AUSSI :

Compte à rebours pour le salon nautique de Paris

Maroc : une saison touristique sous les intempéries
25/11 14:36

Bien que la saison automnale n’offre pas de paysages aussi merveilleux qu’au printemps, la période s’étalant de septembre à novembre est très prisée par les touristes pour partir au Maroc. L’affluence est, en effet, nettement moins importante qu’en été et les températures affichent encore de bons niveaux, tout en restant raisonnablement chaudes, notamment en septembre. Jusqu’à la semaine dernière, le royaume avait pu profiter de ces conditions optimales avec une grande douceur et un soleil généreux, mais la situation a radicalement changé.
Avec la présence d’une dépression au large de Gibraltar, un important contraste de masses d’air a eu lieu et de violents orages se sont déclarés dans le sud et le sud-est du pays entre samedi et dimanche dernier. Ainsi, de nombreux oueds (rivières) au pied des massifs du Haut-Atlas et de l’Anti-Atlas sont entrés en crue. Les dégâts sont par ailleurs très importants et le nombre de victimes n’a cessé de s’alourdir depuis le début de semaine.


Nouvelle dégradation en prévision
Si un temps calme prédomine jusqu’à jeudi, il faut craindre de nouvelles intempéries à partir de vendredi avec le creusement d’une dépression sur le Portugal qui va de nouveau engendrer un puissant contraste de masses d’air. Dans ces conditions, de violents orages et des pluies soutenues concerneront l’ensemble des régions, en particulier entre vendredi et samedi.

 

LIRE AUSSI :

Maroc et Portugal : nouvelles intempéries majeures

Marseille : des croisiéristes toujours plus nombreux
25/11 11:19

La ville de Marseille a su s’imposer au fil des années comme une escale incontournable des compagnies de croisières. Les prévisions effectuées mi-novembre par le Club de la Croisière Marseille Provence estiment à 1,315 million le nombreux des passagers accueillis pour l'ensemble de l'année 2014, soit une hausse de 11 % comparée à 2013, après la progression de 33 % l'année précédente.


Le terminal croisière de la ville a déjà enregistré pour l'an prochain la réservation de quelque 450 escales assurées par 58 navires. Cette diminution du nombre d'escales ne signifie par pour autant une baisse de la moyenne des passagers, bien au contraire. L'augmentation de la taille des paquebots devrait accroitre le nombre des croisiéristes à bord. Ainsi pour 2015, Marseille prévoit déjà d'accueillir 1,4 million de passagers. Pour cela, le Grand port maritime pourra s’appuyer sur son troisième terminal ouvert en juillet, qui lui permet de recevoir sept navires en même temps.