La glisse à l'honneur à Arcachon
27/03 15:00

Pour la deuxième année consécutive, le Port d’Arcachon ouvre ses quais du vendredi 3 au lundi 6 avril 2015 à tous les professionnels et passionnés de nautisme. Après le succès de la première édition, c’est tout naturellement que la version 2015 s’agrandit pour accueillir 150 exposants pendant 4 jours sur 140 000m2 d’exposition.

 

Espace de navigation et site exceptionnel, le port d'Arcachon sera le lieu prévilégié pour trouver des conseils, des services et toutes les informations concernant le nautisme, auprès de nombreux professionnels de la mer et du tourisme. Ces derniers seront présents pour partager leur passion des navires d’exception et des constructions navales emblématiques de la région.

Dans l’espace "Bateaux neufs et d’occasion", 20 000 m² seront réservés à l’exposition et la vente à terre de nombreux bateaux à voile ou à moteur et à leurs exposants professionnels. L'exposition à flot sera, quant à elle, dédiée aux essais.

 

Nouveautés 2015

Parmi les nouveautés 2015, les 400m2  du Village Glisse seront exclusivement dédiés au funboard, kneeboard, skimboard, planche à voile, kitesurf, surf, bodyboard, bodysurf, stand up paddle, ...
Des équipements et des démonstrations de glisse attendent passionnés ou novices pour de nombreuses initiations et animations.


Un Salon Nautique pour tous
Première grande manifestation d’avant-saison, Arcachon Salon Nautique 2015 prévoit un programme d’animations destinés à un large public : démonstrations et initiations à la pêche en mer, baptêmes de glisse et voiles légères, démonstrations de sauvetage en mer par hélitreuillage, démonstrations de chiens sauveteurs en mer, déambulations musicales, ...

 

Top des ventes : les mémoires de Florence Arthaud
27/03 10:34

Ce livre arrive en dixième position des livres les plus vendus (pour la semaine du 16 au 22 mars) selon le classement Top 20 GKK/Livres Hebdo.  "L'éditeur Arthaud a publié (...) avec un premier tirage de 50.000 exemplaires (dont 40.000 mis en place) et vient de le réimprimer à 20.000", a souligné Livres Hebdo.


« Je veux donner. Je veux pouvoir aider celles qui, comme moi, rêvent d’aventures pour faire de leur vie un rêve, expliquait la navigatrice dans cet ouvrage J’ai envie de me consacrer aux femmes qui souhaitent naviguer ».
Elle avait choisi de dédier son livre à son père, Jacques Arthaud, disparu le 26 novembre dernier : « Merci Papa de m’avoir fait rencontrer ces gens formidables, tous ces géants des mers, ces belles âmes dont le destin faisait pâlir les modèles de vie ordinaire. Papa, tu m’as montré qu’on pouvait revenir vivant d’une île déserte. C’est toi qui m’as donné cette envie d’espoir et de liberté, ce goût du grand large. Merci de m’avoir donné la force de partir au loin et d’être libre. »
 

Cette nuit la mer est noire de Florence Arthaud. Mars 2015, Editions Arthaud.
 

La Salton Sea, bombe à retardement écologique
26/03 10:27

 

"La réputation de la mer de Salton selon laquelle elle sentirait toujours mauvais et serait entourée d'oiseaux ou de poissons morts est fausse", assure Bruce Wilcox, l'un des responsables de l'IID, l'une des agences locales de gestion d'eau et d'électricité.

Cette mer intérieure, où vivent ou transitent 400 espèces d'oiseaux, est née en 1905 d'un accident d'ingénierie civile, qui s'est traduit par le débordement du fleuve Colorado. Elle est située à 71 mètres sous le niveau des océans, au sud du parc national de Joshua Tree, à 250 km au sud-est de Los Angeles.

Dans les années 50 à 60, les rives de la Salton Sea étaient une destination de vacances huppée où l'on faisait du ski nautique, des courses de bateaux, où l'on pêchait. Elle s'étendait alors sur plus de 50 km de long et environ 20 km de large.

Cette ancienne station balnéaire ressemble aujourd'hui à une ville fantôme dont la plage, obstruée par une proéminente digue de terre, est jonchée de carcasses de voitures, de ruines ou d'objets rouillés en tous genres.

Car à partir des années 1970, la mer de Salton a commencé à se réduire comme peau de chagrin, entraînant un bond de sa salinité et une baisse de sa profondeur. Cela fait bien longtemps qu'on ne peut plus y pêcher ou faire du bateau. Le yacht club, les échoppes de pêche et les commerces ont fermé. Et ce déclin pourrait encore s'accélérer.

"La Californie fait face à une sécheresse historique", rappelle Tim Krantz, professeur d'études environnementales à l'université de Redlands.

A cela s'ajoute l'arrivée à terme en 2017 d'un complexe accord de partage des eaux du fleuve Colorado, qui devrait entraîner une forte diminution de l'eau s'écoulant dans la Salton Sea.

 

Bruce Wilcox s'attend à ce que cette mer perde un tiers de sa superficie en quelques années à peine et que son lit de sable parsemé de sédiments de cadmium, phosphates, engrais et insecticides se répande dans toute la région à cause de fréquentes tempêtes.

Pour Tim Krantz, "ce serait un désastre sans équivalent pour la qualité de l'air" dans une région où vivent "1,5 million de personnes".

Les cas d'asthme, de cancers du poumon et autres maladies respiratoires pourraient bondir dans une zone où elles sont déjà quatre fois plus fréquentes que dans le reste du pays. Sans oublier les milliards de dollars de revenus agricoles menacés, de valeurs immobilières qui risquent de s'effondrer.

"Si la mer s'assèche, toute la vallée de Coachella va devenir inhabitable", s'inquiète Randy Rynearson, au comptoir de sa quincaillerie de Salton City. Les conséquences sur l'écosystème pourraient s'avérer encore plus catastrophiques: poissons restants décimés, puis oiseaux migrateurs privés de proies, sur cette étape clé des routes migratoires.

Agences gouvernementales, militants écologistes et chercheurs tentent de convaincre le gouvernement californien d'agir et de débloquer des crédits. De nombreux projets ont vu le jour, plus ou moins réalistes, comme la construction d'une large canalisation acheminant de l'eau depuis le Pacifique ou depuis la mer de Cortez, qui borde la côte mexicaine. Celui qui tient la corde prévoit une division par deux de la surface de la mer et l'installation sur les parties asséchées d'exploitations de géothermie ou de combustibles à base d'algues ainsi qu'une réserve naturelle. Ces projets se chiffrent de 5 à 10 milliards de dollars. Mais selon les chercheurs du Pacific Institute, le coût de l'inaction sera bien plus élevé, entre 20 et 70 milliards. Sans parler du risque d'interminables poursuites en justice si des milliers de résidents tombent malades à cause d'un désastre mal anticipé.

 

Le canal de Panama pourrait être inauguré en avril 2016
25/03 11:30

Le canal de Panama élargi devrait être mis en service en avril 2016, si le consortium chargé des travaux tient ses délais, a indiqué le responsable de l'Administration du canal (ACP), Jorge Quijano.

"D'après ce qu'indique" le président du consortium GUPC, Giuseppe Quarta, concernant l'avancée des travaux, "nous pourrions débuter l'exploitation commerciale en avril", a déclaré lundi M. Quijano.

M. Quarta avait assuré quelques heures auparavant devant la presse que le Groupe uni pour le canal de Panama (GUPC), chargé du gros des travaux d'élargissement, entamerait les tests finaux en juin 2015, pour terminer les travaux en janvier 2016. Les travaux étaient prévus à l'origine pour une inauguration en 2014, à l'occasion des 100 ans de la voie.

"Nous sommes confiants dans le fait qu'au début de l'année prochaine, tout sera prêt pour que les bateaux commencent à passer", s'était félicité M. Quarta.

Depuis 2007, le canal de Panama, long de 80 km, fait l'objet de travaux d'élargissement pharaoniques destinés à lui permettre d'accueillir des navires transportant jusqu'à 14.000 conteneurs, le triple de la capacité actuelle.

D'abord estimés à 5,25 milliards de dollars -la majeure partie consacrée aux nouvelles écluses- les travaux accumulent retards et surcoûts, et ont été émaillés d'âpres échanges entre l'ACP et GUPC, en plus de plusieurs grèves des ouvriers.

 

LIRE AUSSI :

Croisières de rêve pour les 100 ans du canal de Panama

 

Un "navire poubelle" inquiète des écologistes
25/03 10:29

"Un thonier russe qui, pour l'association écologiste Robin des bois, risque de sombrer et de polluer les fonds marins, a quitté lundi soir Cherbourg (Manche) tiré par un remorqueur, à destination de la Lituanie, a-t-on appris auprès de la préfecture maritime.

Le convoi fait route vers Klaipeda en Lituanie, où il devrait arriver dans une dizaine de jours, a indiqué Alexis Edme, porte-parole de la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord.

"Les autorités portuaires et le centre de sécurité des navires (CSN) ont autorisé" le convoi à partir après inspections, a ajouté M. Edme.

Le CSN n'a pas souhaité répondre à une interview.

Arrivé à Cherbourg en 2007 après un incendie en mer, selon la préfecture maritime, le thonier russe Marginella est, pense l'association Robin des bois, "aujourd'hui bien plus encore qu'hier dans un état de délabrement avancé".

Le thonier construit en 1985 et mesurant 55 m de long "risque de sombrer en cours de route (...)" ajoute l'association spécialisée dans le recensement des navires poubelles.

"En sept ans, l'épave a été victime de quelques entrées d'eau et les pompiers ont eu à intervenir. L'armateur du Marginella, Atlanttralflot basé à Kaliningrad (Russie), semble ne plus avoir de navires: il a vendu ses dernières unités à des Chinois", affirme Robin des bois.

"Il n'est pas en si mauvais état que ça. La seule fois où il a pris de la gîte dans le port, c'est qu'il avait pris de l'eau de pluie. Des précipitations par le dessus ont fait que l'eau est rentrée à bord. Et si les pompiers sont intervenus ce n'était pas pour des pompages mais pour récupérer un chien qui avait été abandonné à bord", a de son côté assuré Bertrand Marsset, directeur adjoint de Ports normands associés (PNA), la société propriétaire du port de Cherbourg.

L'Etat a fait "des inspections du Marginella, y compris par plongeurs, de l'état de la coque. Il y a eu des échanges avec le bureau de certification russe et l'armateur", ajoute-t-il.

Le sort du Marginella une fois en Lituanie reste incertain. "L'information que j'ai c'est qu'il va en Lituanie pour être réparé", et peut-être vendu, avance M. Marsset, sans certitude toutefois.

Robin des bois pense de son côté que le Marginella va y être démantelé. "A Klaipeda, il y a un chantier de démolition qui s'occupe assez régulièrement de la démolition de ce type de navire de pêche", explique Christine Bossard, qui suit le dossier pour l'association.

L'association regrette que des "risques inutiles" soient pris et que le bateau ne soit pas démantelé à Cherbourg ou au Havre.

Si son propriétaire emmène le bateau jusqu'en Lituanie "c'est parce qu'il va en retirer un peu d'argent, même si ce sera moins qu'en Turquie", avance Robin des bois.