Régates Royales – Trophée Panerai à Cannes
04/07 14:07

A peine le Festival de la Plaisance achevé (8 au 13 septembre), Cannes se tournera vers les années glorieuses du yachting pour accueillir gréements auriques, goélettes, cotres, sloops, yawls, Class J, monotypes du siècle dernier, 12mJI… Cinq jours de régate au large des îles de Lérins pour une flotte répartie en sept catégories selon la taille, l’âge, le gréement des voiliers.

 

Un rassemblement exceptionnel puisque les plus grands et les plus célèbres yachts du siècle dernier viendront en découdre dont les majestueux Eleonora (49,40 m, plan Nathanaël Herreshoff), Xarifa (49,70m, plan JM. Soper), Mariquita (38,20m, plan William Fife), Moonbeam of Fife III (30m, plan William Fife), Karenita (23,20m, plan John Alden)… mais aussi les coursiers les plus renommés du 20ème siècle tel le Maxi-Yacht Il Moro di Venezia (20,40m, plan German Frers), ou les animateurs des courses du RORC et de Méditerranée des années 60-70 comme Helisara (11,30m, plan Dick Carter), Palynodie (Olin Stephens), Stiren (14,25m, plan Olin Stephens), Oryx (14,90m, plan Illingworth & Primrose) ou Ganbare (10,50m, plan Doug Peterson)…

 

L’âge mûr
En 2015, Cannes fêtera les trente-sept ans du renouveau des Régates Royales, l’une des plus anciennes courses côtières puisque la première édition eut lieu en 1929 pour honorer le roi Christian X du Danemark… Le Yacht Club de Cannes est aussi l’un des plus anciens de France puisque c’est au printemps 1859 que Messieurs Béchard, Tripet-Skrypitzone, de Colquhoum et Bucquet créèrent la Société des Régates avec comme premier rendez-vous, une course en baie de La Napoule où croisèrent Léro, Olga, Jeannette, Touriste et de petites embarcations locales à voiles ou à rames des pêcheurs cannois.

 

Depuis dix ans, les Régates Royales de Cannes sont aussi le dernier rendez-vous annuel du Trophée Panerai, véritable championnat du monde du yachting classique : depuis plus d’un siècle les équipages ne se contentent pas seulement de respecter l’esprit classique d’origine impulsé par les architectes Herreshoff, Mylne, Anker, Fife, Godinet, Nicholson, Camatte, Mauric ou Cornu, mais aspirent à graver leur nom sur les trophées des Régates Royales de Cannes tels Chinook (1916, plan Nathanaël Herreshoff) chez les Auriques, Dorade (1931, plan Olin Stephens) et Sirius (1937, Sparkman & Stephens) parmi les Marconi ou le Class J Shamrok V au sein des Spirit of Tradition lors de la dernière édition.

 

Un rendez-vous majeur
Et comme chaque automne, les Dragon rallient la rade de Cannes pour l’un des plus beaux rassemblements de la série avec cette année, près de soixante équipages représentants moult nations d’Europe et d’Amérique qui feront le déplacement. Certains du bout du monde comme Marcus Blackmore (Hooligan) portant les couleurs du Royal Sydney Yacht Squadron, d’autres de toute la France puisque la flotte hexagonale sera une nouvelle fois la plus étofféeavec cet automne la venue de Marc Bouët (Irina) pour défendre les couleurs du Yacht Club de Cannes.

Et l’Europe du Nord sera aussi particulièrement présente avec le redoutable Finlandais Christian Borenius (Thouban) et le Suédois Jorgen Krabbe (Sofia II)… Et depuis quelques saisons, l’Europe de l’Est domine les débats avec le Russe Anatoly Loginov (Annapurna), mais elle doit toujours contrer l’expérience des Britanniques, tel le médaillé olympique Laurie Smith (Alfie), le vétéran de la série Ivan Bradbury (Blue Haze), ou Martin Payne (Hombre), des Allemands avec Michael Schattan (Chi) ou Thomas Scherer (Fantomas), des Italiens tel Guiseppe Duca (Cloud)... Les Régates Royales de Cannes s’annoncent pleine de suspens et d’arrivées au cordeau.
 

Une Mini Transat à la rencontre des indiens Kogis
04/07 07:21

Après une escale à Pointe à Pitre, ville d'arrivée de la Mini Transat, Olivier Jehl embarqué sur la Mini Transat, continuera l'aventure jusqu'en Colombie. Il restituera aux Indiens Kogis des objets en or, dispersés à travers le monde depuis plus de 30 ans. Un voyage qui sera réalisé dans un esprit de dialogue et non plus de conquête, dans le cadre du projet "Zigoneshi" qui signifie « je te donne, tu me donnes » dans la langue des Indiens Kogis. Ce projet, parrainé par Pierre Richard, propose d’initier et de faire vivre, pendant plusieurs mois, un dialogue entre la société des Indiens Kogis de Colombie vivant en parfaite harmonie avec la nature et notre société moderne.

 

Le programme
Etape 1 - 18 octobre 2015, lancement du projet au Grand Bivouac à Albertville en présence des Indiens Kogis, puis à Toulouse le 19 octobre et à Paris le 26 octobre avec l’orchestre Symphonique Confluences.
Etape 2 - Septembre 2015, le navigateur Olivier Jehl rejoindra les côtes de la Colombie sur un voilier de 6,5 mètres au départ de la Bretagne, symbolisant l’"Autre voyage", 500 ans après l’arrivée des Conquistadores, dans un esprit de dialogue et non plus de conquête.
Etape 3 - Mars 2016, une rencontre est prévue dans la Sierra Nevada en Colombie entre les musiciens de l’orchestre de Medellín et les musiciens Kogis.
Etape 4 - Avril 2016, organisation d’un colloque pluridisciplinaire et d’ateliers à Toulouse.
Etape 5 - Juin 2016, réalisation d'une soirée spectacle « Ensemble pour demain», où seront partagés les témoignages et les images de ce dialogue.

 

Pour soutenir Olivier Jehl : www.fosburit.com
 

"Entre Terre et Mer", le calme avant la tempête
03/07 18:11

Vendredi, la flotte d’Entre Terre et Mer s’est retrouvée en baie de Morlaix pour la première fois. Après avoir remonté la rivière, les embarcations ont évolué autour du château du Taureau. Yoles, canots ou voiliers, tous se sont mélangés sur l’eau, et sous le soleil léger. Le Bel Espoir, la Nébuleuse ou les cinq Pen Duick, la fratrie la plus célèbre de la voile française, beaucoup ont répondu à l’appel du large, dans une baie de Morlaix révérencieuse, comme inclinée devant le spectacle majestueux de la flotte d’Entre Terre et Mer. En cours de journée, certains bateaux prenaient la direction de Térénez, d’autres s’en allaient vers Carantec. Les Pen Duick, en compagnie d’autres voiliers, mettaient eux le cap vers Roscoff…

Cette journée n’est pourtant qu’une grande répétition avant le rassemblement de samedi, lorsque l’ensemble des flotilles se retrouvera devant le Taureau avant de parader le long de la rivière de Morlaix.

 

 

Le Finistère, plus grand département de pêche

Avec ces 3000 marins-pêcheurs (12 000 emplois induits) et ses 150 bateaux, le Finistère est le plus grand département de pêche français. Certains ports présentent d’ailleurs des productions record, et parfois méconnues. Il en est ainsi de Lanildut qui est le plus grand port de débarquement d’algues en Europe avec 70 000 tonnes par an. Les ports de Roscoff et Moguériec sont les deux plus grands ports en production de crustacés de France. A eux deux, ils représentent 80 % de la production française. La criée de Roscoff se situe au 7ème rang national en volume de ventes.

 

En 2014, ce sont 5600 tonnes en provenance de 98 chalutiers qui y ont été commercialisées. Afin de mieux faire connaître ses activités, le comité départemental des pêches, dont le rôle est de défendre les intérêts des marins-pêcheurs, organise plusieurs animations durant les fêtes. Ainsi, chaque soir, sur l’espace « la Ferme de mon pays », les produits de la pêche sont vendus aux enchères, comme dans une véritable criée. Des ateliers sont également organisés avec les Viviers de Béganton, de Roscoff, afin de faire découvrir certains crustacés au public.

 

Tour de France à la Voile : Spectacle sportif à Dunkerque
03/07 14:05

Le parcours du Tour de France à la Voile 2015

Le départ est donné à Dunkerque du 3 au 5 juillet, l'étape suivante sera Fécamp les 6 et 7 juillet,  puis Roscoff le 8 juillet, Pornichet les 9 et 10 juillet. Viendront ensuite les Sables d’Olonne les14 et 15 juillet, Roses les 17 et 18 juillet, Gruissan les19 et 20 juillet, Marseille 22 et 23 juillet,et l'arrivée à Nice  du 24 au 26 juillet.

Exit cette année les parcours de nuit, les 29 équipages de cette édition sortiront les voiliers de l’eau chaque soir et ils seront acheminés par la route entre chaque étape. Les concurrents alterneront, à chaque escale, raid côtier et des « runs » en stade nautique.

 

La Communauté urbaine de Dunkerque au cœur du nautisme

Le territoire dunkerquois est totalement tourné vers la mer. Il dispose de deux stations nautiques d’envergure : les Dunes de Flandre et Gravelines. Avec 15 kilomètres de façade maritime, il est possible de pratiquer toutes les activités nautiques à la Communauté urbaine de Dunkerque : la voile habitable, la voile légère, la planche à voile, le kitesurf, le char à voile… La CUD possède deux grands ports de plaisance à Gravelines et au cœur de la ville de Dunkerque. La voile de compétition n’est pas non plus oubliée puisqu’il est proposé aux jeunes régatiers aguerris d’incorporer « Voile Ambition Dunkerque », pôle d’excellence soutenu par la Communauté, la Fédération Française de Voile et la Ligue de Voile du Nord-Pas-de-Calais. De nombreux marins d’exception sont dunkerquois. C’est le cas de Bertrand Pacé, Joe Seeten, Thomas Ruyant, Damien Savatier, Pascal Leys…

L’Hydroptère est arrivé à Honolulu
03/07 12:00

L’enjeu de cette première traversée était d’une autre nature. Malgré des conditions clairement défavorables, Alain Thébault et son équipage ont pris la décision de s’élancer pour ne pas manquer un rendez-vous historique. D’ici quelques heures, André Borschberg à bord de Solar Impulse, premier avion à énergie 100% solaire, atterrira à son tour à Hawaii. Une rencontre exceptionnelle entre deux vaisseaux de légende, l’un propulsé par l’énergie du soleil et l’autre porté par la force du vent. Deux monstres de technologie, deux pionniers dans leur domaine et un seul message: “use clean energy”.

 

Depuis plus de 25 ans, Alain Thébault poursuit son rêve d'enfant : faire voler les voiliers. Des premières maquettes en bois, au début des années quatre-vingt, aux records absolus de vitesse à la voile en 2009, l’Hydroptère est devenu l’ambassadeur des voiliers à technologie hydrofoil. En 2009, le trimaran français est devenu le voilier le plus rapide du monde avec des pointes à plus de 100 km/h sur mer plate. Aujourd’hui, c’est à bord de ce même voilier qu’Alain Thébault, Jacques Vincent et leurs 4 équipiers américains Don, Joe, Jay and Will viennent de franchir 2215 miles nautiques (4102 km) dans de pures conditions océaniques. Une première historique qui ouvre une voie nouvelle pour le développement des voiliers hydrofoils. Jusqu’ici cantonnés à de hautes performances sur mer plate – à l’image récente des navires de l’America’s Cup” – les voiliers hydrofoils vont désormais voler au large.

 

 “C’est un moment historique. La traversée aurait dû être beaucoup plus courte mais dès le deuxième jour, nous avons été obligés de faire un détour important très au sud pour éviter une plaque de débris impressionnante. C’était ça ou nous cassions le bateau. Nous avons tout de même fait des pointes à plus de 35 nœuds les premiers jours... avec des vents favorables, le record actuel est largement à la portée de l’Hydroptère”a déclaré le skipper Alain Thébault, "dans toute aventure, il faut une part de chance.... cette année, le Pacifique a bien voulu nous laisser passer".

Lancement des fêtes "Entre Terre et Mer" à Morlaix
03/07 08:04

La Manufacture des Tabacs transformée en ferme animée, des quais peuplés de chapiteaux et des bateaux, tel l’Hydrograaf (ouvert aux visites vendredi et dimanche au port de Morlaix), déjà parés : jeudi, Morlaix s’est réveillée avec des airs de grande fête populaire. Elle le sera : 100 000 personnes sont attendues pendant les quatre jours de l’événement.

 

Tous les métiers de la terre et de la mer sont présents

130 professionnels se relayeront sur le site de la Manufacture pendant les fêtes « Entre Terre et Mer » pour parler de leur métier, de leur savoir-faire et pour communiquer une passion qu’ils entendent bien défendre. A noter, parmi les différentes animatons proposées lors ce vendredi 3 juillet, la visite du bateau à vapeur hollandais Hydrograaf dans le port de Morlaix, ou la programmation de chants de marins dans les rues de la ville.

 

Les innovations

Les fêtes « Entre Terre et mer » sont l’occasion de montrer les capacités d’innovation de l’agro-alimentaire en Bretagne, comme  la Breizh Algae qui a développé des solutions pour élever des poulets grâce aux algues, sans antibiotiques. L’ensemble des acteurs de la chaine - éleveurs, vétérinaires et fabricants d’aliments - s’est mobilisé pour produire ces poulets élevés avec des solutions naturelles à base d’algues, conçues par la société Olmix, spécialiste des biotechnologies marines. Performance scientifique, le programme est également une réussite collective puisqu’il associe Olmix, la SICA et Tilly Sabco. Cette production préfigure peut-être un nouveau modèle breton car elle pourrait être déclinée à d’autres élevages. 

 

 

 

 

Gabart, sur son maxi, part à la chasse aux records
02/07 15:10

« Je suis hyper-impatient. Je n'en peux plus. Je n'ai qu'une envie, être sur l'eau et naviguer », confie le navigateur. A tout juste 32 ans, on le sent passionné comme jamais par ce projet qui doit aboutir à une mise à l'eau mi-août. Le Maxi-trimaran Macif, de 30 mètres de long, est un pur produit de l'excellence française en matière de bateaux de course, avec une architecture signée de l'incontournable cabinet VPLP, une coque fabriquée par Multiplast à Vannes et ses flotteurs et ses bras fabriqués par CDK à Lorient.

 


A sa barre, Gabart tentera de conquérir ce qui reste pour lui une inconnue : les grandes courses en solitaire sur maxi-trimaran. « J'ai fait du multicoque avant, mais sur des petits bateaux. Je n'ai pas l'expérience de ce type de bateaux », admet-il. C’était à bord de monocoques Figaro et Imoca qu’il avait remporté le Vendée Globe et la Route du Rhum, avec records en prime. Pour compenser sa relative inexpérience, Gabart sera assisté de Pascal Bidegorry jusqu'à la fin de l'année. « Pascal a développé et mis au point des maxi-multicoques comme celui-là. Il sait exactement ce dont on a besoin », assure François Gabart. Cet automne, le duo fera la Transat Jacques Vabre en double, une course « très importante dans l'apprentissage du bateau. On va emmagasiner énormément d'informations », espère le skipper. Ensuite, le navigateur blond prévoit de s'attaquer à toute une série de records à partir de 2016 : Route de la Découverte (Cadix-San Salvador), Atlantique nord (New York-Cap Lizard), Méditerranée (Marseille-Carthage), avant un Tour du monde en 2017-2018 et la Route du Rhum en 2018.

 


Programme ambitieux, mais qui ne paraît pas impossible face à cet enthousiasme et ce palmarès.

L’Hermione est arrivée à New-York
02/07 08:02

C’est dans un silence presque religieux que l’équipage de l’Hermione a vécu l’approche de l’arrivée à New York, l’une des étapes les plus symboliques de son voyage américain. A bord, l’émotion de l’équipage, habillé en costumes historiques pour l’occasion, était palpable. Pas ou peu de mots, des étoiles plein les yeux, tout juste quelques clichés pour immortaliser le moment… pour tous cette arrivée à New-York a pris des allures de rêve éveillé. Circulant Au milieu du trafic maritime habituel de la baie de New York , la frégate de la Liberté a tour à tour salué le pont Verrazano, la Statue de la Liberté puis Manhattan, arrachant quelques regards humides à certains gabiers, avant de s’amarrer au Pier 15 de South Street Seaport Museum.

L’Hermione restera à quai jusqu’au samedi 4 juillet, jour de la fête nationale des Etats-Unis, commémorant la Déclaration d'indépendance du 4 juillet 1776, à l’occasion duquel elle sera l’invitée d’honneur d’une grande parade navale sur l’Hudson River. Elle retrouvera ensuite son ponton, avant son départ pour Greenport, le 5 juillet. D’ici là, les rendez-vous seront nombreux pour Yann Cariou et l’ensemble de l’équipage.