23ème Salon Nautique de Dubaï jusqu'au 7 mars
04/03 14:16

Avec comme objectif de devenir l’un des salons les plus influents dans le secteur du nautisme de luxe, le DIBS, Dubaï International Boat Show, est incontestablement un événement majeur dans différents domaines, comme les loisirs nautiques, le style de vie et l’industrie nautique de luxe.

Rassemblant de prestigieux exposants, qu’ils soient équipementiers, ou constructeurs de bateau et de yachts, cette édition 2015 s’enrichit  de nouveaux  exposants dans les domaines du tourisme, des sports nautiques et la pêche.


Avec plus de 26 000 visiteurs en 2014, venus de 120 pays pour se familiariser avec les superyachts, les loisirs et les équipements de luxe, c’est un événement très attendu au Moyen Orient, avec cette année, plus de 850 exposants locaux ou internationaux,  originaires de plus de 50 pays.


L’exposition à flot présente un éventail des yachts les plus luxueux. Soutenue par l’Association de plongée des Emirats, elle offre des spectacles de plongée et des démonstrations quotidiennes, avec la possibilité de participer à différentes animations interactives, que ce soit dans le domaine de la plongée, de la pêche ou des sports nautiques, pour s'essayer au Stand up paddle, Boarding Yoga, Pilates, Kayak, Canoe ou au Windsurf.
 

Pour plus de renseignements :  www.boatshowdubai.com

L'épave du plus puissant cuirassé de l'Histoire localisée
04/03 10:16

Paul Allen, co-fondateur de Microsoft, affirme avoir découvert l'épave du plus puissant cuirassé de l'Histoire, un navire japonais coulé en 1944 par l'US Navy au large des Philippines. Le milliardaire a posté mardi sur son compte Twitter une photo de la proue du Musashi portant le chrysanthème du sceau impérial nippon.

Le bâtiment reposait par un kilomètre de fond en mer de Sibuyan, au coeur de l'archipel philippin, théâtre de l'une des grandes batailles navales de la guerre du Pacifique en 1944. Il a été repéré lundi par un robot embarqué sur l'Octopus, le yacht de Paul Allen consacré à l'exploration et à la recherche scientifique, selon son site internet. "Que l'équipage du Musashi repose en paix, 1.023 vies ont été perdues" dans le bombardement du navire par les appareils américains le 24 octobre 1944, a rappelé Paul Allen sur Twitter. Endommagé lors d'un torpillage en mars de la même année, le Musashi était notamment équipé de neuf canons de 460 mm, la plus grosse puissance de feu jamais embarquée sur un navire de guerre pour un canon conventionnel. Son navire-jumeau, le Yamato, fut coulé en 1945 au cours de la bataille d'Okinawa.

Né à Seattle (nord-ouest des Etats-Unis), Paul Allen, 62 ans, a fondé Microsoft avec Bill Gates en 1975. Il figure à la 51ème place du classement des personnes les plus riches du monde avec une fortune estimée à 17,5 milliards de dollars US, selon le magazine Forbes.

 

Bugaled Breizh : nouveau coup dur pour les familles des marins
04/03 07:19

L'avocat général a réclamé mardi à Rennes la confirmation du non-lieu dans l'affaire du Bugaled Breizh, portant un coup aux espoirs des proches des cinq marins pêcheurs décédés en Manche en 2004.

 

Au terme de cette audience de la dernière chance pour les familles devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes, l'avocat général a rejeté leur appel contre l'ordonnance de non-lieu rendue en mai 2014. Les proches des victimes continuent à croire que le chalutier breton a été envoyé par le fond par un sous-marin qui se serait pris dans ses filets.

"Je viens d'entendre un réquisitoire normand, c'était +peut-être bien que oui, peut-être bien que non+ et en conclusion, le procureur général a demandé à la Cour un déni de justice", a dénoncé après l'audience Dominique Tricaud, l'un des avocats des familles.

"Tous les experts indépendants, tous les professionnels de la mer, tous les témoins entendus, tous les témoins qui n'ont pas voulu faire connaître leur identité, disent que c'est un sous-marin qui a coulé le Bugaled", a-t-il ajouté. "Nous identifierons ce sous-marin et les familles ne se démobiliseront pas jusqu'au jour où arrivera la vérité".

Dénonçant devant la cour un dossier placé "sous le signe du mensonge par action et par omission", Me Tricaud et les deux autres avocats des parties civiles avaient appelé la justice à reconnaître la responsabilité d'un submersible.

 

Un requin préhistorique pêché au large de l'Australie
03/03 09:23

Un requin-lutin, une espèce rare de requin préhistorique surnommé "l'alien des abîmes" a été capturé au large de l'Australie et remis à un musée qui a montré mardi l'étrange animal.

Vivant dans les grandes profondeurs, le requin-lutin a un nez aplati, un corps rose et flasque et des dents en forme de clou. Il mesure entre trois et quatre mètres de longueur à maturité.

"Il est assez impressionnant. Il n'est pas hideux, il est beau", a assuré le responsable des collections de poissons de l'Australian Museum, Mark McGrouther. "Ce n'est pas courant d'en attraper un et il est d'ailleurs assez rare de croiser cet animal", a-t-il également indiqué, précisant qu'il s'agissait seulement du quatrième requin-lutin du musée.

Il a été capturé en janvier par un pêcheur près d'Eden, au large de la côte sud-est de l'Australie, à environ 200 mètres de profondeur. Le corps de l'animal en excellent état a été remis à ce musée de Sydney après un passage par un aquarium.

Le requin-lutin est présent dans les océans Pacifique, Atlantique et Indien. Bien qu'on sache peu de choses sur cet animal, dont le nom scientifique est "Mitsukurina owstoni", il est considéré comme un fossile vivant, datant de quelque 125 millions d'années. Le requin-lutin est doté d'une mâchoire étonnante qu'il déploie en avant dès qu'une proie est détectée puis qu'il rétracte sous son nez charnu en forme de pelle. "Il ratisse le fond sous-marin puis quand il détecte un petit poisson, un calamar ou un crabe, il propulse sa mâchoire et attrape tout ce qui passe", a expliqué Mark McGrouther.

 

Bugaled Breizh : appel de "la dernière chance" mardi
02/03 13:05

Onze ans après la mort des cinq marins du Bugaled Breizh, une audience "de la dernière chance" s'ouvre mardi à Rennes afin de contester le non-lieu prononcé l'an dernier sur le naufrage en Manche du chalutier breton.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes se réunit à 09H30 pour examiner l'appel déposé par les familles des victimes contre l'ordonnance de non-lieu prononcée en mai 2014 par les juges d'instruction. Les proches des pêcheurs décédés continuent à croire que le bateau a été envoyé par le fond par un sous-marin qui se serait pris dans ses filets. Ils sont invités à venir manifester mardi devant la cour d'appel, où l'audience devrait se dérouler à huis clos et la décision être mise en délibéré.

 

Pour Christian Bergot, avocat des familles, cette audience est celle de la dernière chance: "Ca passe ou ça casse. Si le non-lieu est confirmé, le dossier est mort". "Je vais demander à la cour de poursuivre les investigations" dans la lignée des éléments apportés par l'expert Dominique Salles, explique-t-il. L'expert, ancien sous-marinier, avait remis à la justice, avant le non-lieu, une "note très circonstanciée" concernant la présence sur zone d'un sous-marin américain, mais cette piste n'a pas été explorée.

 

Le Bugaled Breizh, immatriculé au Guilvinec (Finistère), avait sombré au sud-ouest de l'Angleterre le 15 janvier 2004. Pour les proches des victimes, confortés par une première instruction en 2008 selon laquelle l'hypothèse du sous-marin était "la plus sérieuse", le navire a été accidentellement happé par un sous-marin, alors que se déroulaient dans la zone où il pêchait des manoeuvres de l'Otan avec des sous-marins de diverses nationalités, y compris français. Les familles des victimes voudraient au minimum que l'État reconnaisse sa responsabilité dans ce drame. "Nous ne sommes pas contre les militaires, nous sommes bien conscients que nous avons besoin de notre armée", plaide Dominique Launay, président de l'association SOS Bugaled Breizh. Close le 3 juillet 2013, l'instruction du dossier, qui s'est à plusieurs reprises heurtée au secret défense, n'a pas validé la thèse du sous-marin, qu'il soit américain ou britannique.

GB : ces stations balnéaires décrépies
02/03 09:34

Anciens fleurons du style de vie britannique, les stations balnéaires, sont en déclin continu depuis quarante ans. Du sable fin. La mer en face, avec vue sur la France dans les beaux jours. Un climat clément. De belles façades victoriennes. Et des falaises de craie qui ont inspiré le peintre Joseph Mallord William Turner. Bienvenue à Ramsgate dans le Kent, sur la côte Est de l'Angleterre, où Michel Lang a tourné "A nous les petites Anglaises" en 1976.

Un petit coin de paradis? Pas vraiment, selon l'Office national des statistiques (ONS) qui classe Ramsgate et sa voisine Margate dans le top 10 des pires villes côtières du pays en croisant les chiffres de l'emploi, de la délinquance, de l'éducation et de la santé.

Les stations balnéaires en général, de Blackpool à Clacton en passant par Hastings, comptent parmi les "endroits les plus délabrés du Royaume-Uni", selon l'ONS.

A Ramsgate, derrière un prétendu décor de carte postale, la rouille ronge le métal, les façades sont lézardées et les carreaux souvent cassés.

"Dans les années 1950 et 1960, Ramsgate était en plein boom. Depuis c'est la descente aux enfers. De loin, le cadre peut paraître enchanteur. Mais derrière, on a un énorme problème de chômage", soupire John, un habitant.

Avec la démocratisation des voyages au soleil pas chers, notamment vers l'Espagne, l'industrie du tourisme s'est effondrée.

Quelques stations, comme Brighton, au sud, ont su résister en diversifiant leur économie. Mais la plupart, isolées et mal desservies, peinent à attirer des investisseurs. En 2011, Margate était la première ville du pays en termes de commerces ayant fermé leurs portes dans l'année.

Certains hôtels abandonnés ont été transformés en logement sociaux. La chute de l'immobilier a attiré "cas sociaux, déséquilibrés et toxicomanes", indique un rapport en 2013 du "Centre for Social Justice", un think tank conservateur.

"On est devenu le dépotoir de Londres", accuse Jack Tyler, un retraité.


 

Entre Terre et Mer : paysans et marins bretons réunis en juillet
01/03 11:12

200 voiliers sur l’eau
Côté maritime, les fêtes s’annoncent grandiose. 200 voiliers sont attendus sur l’eau, qui pavoiseront ensemble entre Roscoff et Morlaix. Les Reder Mor, Eulalie, Corentin et autre Notre Dame de Rumengol, grands noms français des rassemblements nautiques, mèneront le bal des voiles aux côtés du géant danois Kaskelot ou de l’Hydrograaf, le fameux vapeur hollandais. Ils seront accompagnés par une flottille de bateaux de plaisance et de marins venus participer à l’événement. Le spectacle sera magnifique en baie de Morlaix et tout le long du Dosenn, la rivière qui relie Morlaix à la Manche.

 

Extrem Waterman, un triathlon unique en France
Une des nouveautés de cette année 2015, sera l’Extrem Watterman, un triathlon organisé par et pour les fêtes « Entre Terre et Mer ». Cette épreuve, unique en France, réunira près de 200 participants, seuls ou en équipes le dimanche 5 juillet. Les concurrents devront enchaîner trois épreuves sur une journée de compétition : un semi-marathon sur l’île de Batz (21,1km), un trail maritime (5km) et une grande course de Stand Up Paddle (16 km) sur la rivière de Morlaix.

Plus d'informations sur www.entreterreetmer2015.fr