Arrivée inexpliquée de centaines d'otaries

Vendredi 12 avril 2013 à 12h53


Quand il a vu un bébé otarie à plus de 11 kilomètres des côtes, dans un magasin de téléphonie, non loin de l'ancien club de foot californien de David Beckham, Peter Wallerstein s'est dit qu'il se passait quelque chose de grave.

 

Ces animaux affamés sont de plus en plus nombreux depuis janvier à échouer le long des côtes de l'Etat de Californie (ouest des Etats-Unis). D'habitude on les retrouve sur les plages. Maintenant ils sont partout, et par centaines.

 

"Je n'étais pas trop inquiet au début", raconte M. Wallertsein, 61 ans, membre d'une association de sauvetage des animaux marins. "Mais quand on a commencé à recevoir 75 à 100 appels par jour et qu'on a trouvé des animaux près du magasin (de téléphonie) de Carson et sous les voitures, j'ai dû lancer un signal d'alarme".

 

La ville de Carson, située à 32 kilomètres au sud de Los Angeles, abrite le club de football LA Galaxy, dans lequel Beckham jouait encore l'an dernier, à plusieurs kilomètres de la mer. D'habitude les sauveteurs ne voient apparaître des bébés qu'en avril. Ils naissent en juin, puis leurs mères les nourrissent tout l'hiver, avant de les laisser se débrouiller seuls au printemps.

 

"Cette année, nous avons commencé à voir des bébés (...) âgés de 6 mois dès janvier", explique la biologiste Sharon Melin, du service national des pêches. "Et ça a continué à augmenter depuis", ajoute-t-elle depuis Seattle (Etat de Washington, nord-ouest), en évoquant deux hypothèses: la maladie ou le manque de nourriture.
Après avoir recueilli les otaries abandonnées, M. Wallerstein les a emmenées au centre de soins pour mammifères marins de San Pedro, où son directeur David Bard affirme que les bébés pesaient la moitié de leur poids normal - qui est de 20 à 25 kilogrammes.

"D'habitude au cours des premiers mois de l'année, nous voyons entre 50 et 80 animaux. Cette année, à la fin mars, nous en avions accueilli 400. Notre objectif est d'en soigner autant que possible et de les renvoyer dans leur milieu naturel, ce qui prend entre un et trois mois", explique M. Bard.

 

D'après Jim Milbury, des services de météorologie de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), 1.098 bébés otaries ont échoué sur la côte entre Santa Barbara et San Diego entre janvier et mars. Contre 131 en moyenne. Toutefois la semaine dernière, le nombre de sauvetage a singulièrement baissé, selon M. Wallerstein. Même si, selon Mme Melin, les chiffres pourraient à nouveau croître, avec le début de la traditionnelle saison du sevrage.

 

Quant aux origines mystérieuses du phénomène, la biologiste assure qu'elle en saura davantage "dans quelques mois".
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction