Les pêcheurs amateurs se défendent de "vider la mer"

Mardi 5 novembre 2013 à 17h41

Mots clés :


Les pêcheurs amateurs, se défendant de "vider la mer", ont contesté mardi les résultats d'une récente étude de l'Ifremer qui compare leurs prises annuelles avec celles de la pêche professionnelle.

"Notre activité s'inscrit dans une logique de pêche durable, ce ne sont pas les pêcheurs plaisanciers qui vont vider la mer!", a indiqué Jean Kiffer, chargé de coordonner les premières Assises des pêches de loisir en mer et de la plaisance qui doivent se dérouler à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) les 14 et 15 novembre.

Les pêcheurs de loisir en mer, qui seraient 1,3 million, ont capturé en 2012 quelque 20.400 tonnes de poissons et crustacés, principalement du bar, a estimé l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer le 21 octobre. Les trois-quarts de ces captures sont gardées, représentant "5% des prélèvements de la pêche professionnelle, dont la production est estimée à 310.000 tonnes", selon l'Ifremer. Le dernier quart est rejeté à la mer.

Cette étude est "une accumulation de contre-vérités", ont répliqué mardi cinq fédérations (pêche en mer, pêcheurs et plaisanciers sportifs, sports sous-marins, chasse sous-marine, navigateurs).

"Les tonnages annoncés concernant la pêche de loisir incluent les poissons relâchés vivants. Par contre, en ce qui concerne la pêche professionnelle, les poissons vendus légalement ou illégalement hors criée et les rejets en mer (...) ne sont eux pas pris en compte !", s'étonnent-elles dans un communiqué commun. Selon ces fédérations, citant une enquête précédente datant de 2009, les prises des pêcheurs de loisir en mer représenteraient seulement "2% du prélèvement global effectué par la pêche professionnelle".
 


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction