Blog de Michel Ulrich

Navigation sur l'estuaire de la Loire

Jeudi 21 septembre 2017 à 06h34

L’estuaire de la Loire mène à Nantes ! Au tournant du 20ème siècle, les voiliers de charge ne remontaient pas seulement le lit du fleuve, mais aussi en se faisant halé le long du canal de la Martinière – entre Paimboeuf et Le Pellerin. Les trois, quatre, et les plus rares cinq mâts-barques cap-horniers ou antillais des armements nantais allaient décharger dans les docks situés en ville. Ils s’affranchissaient du régime du courant de marée et du courant de Loire atteignant 4 à 5 nœuds sur presque 30 km.


Estuaire de la Loire, centrale de Cordemais / Michel Ulrich

En 1914, l’armement Bordes actif à Nantes faisait encore naviguer 17 trois-mâts et 29 quatre-mâts, ainsi que l’innovant cinq-mâts barque Le France, doté de double fond permettant de ballaster pour les traversées sans fret.

Le Belem, lui-aussi construit et armé à Nantes en 1896, fait partie de cette histoire, mais a résisté à l’effondrement de la marine marchande à la voile en 1914 lors de la mise en service du canal de Panama, simultanément avec l’avènement de la marine à vapeur et diesel. Il a été transformé en un luxueux yacht par Guiness, le magnat de la bière et rebaptisé Fantom II.

On doit aussi à cette période faste, le développement à Nantes d’une foultitude d’activités connexes à la marine marchande, dont la célèbre marque LU, parmi les nombreuses biscuiteries fournissant à l’époque les rations embarquées.

Les chantiers navals artisanaux et industriels ont prospéré et notre mémoire navale peut se souvenir des petits vapeurs passeurs de Loire appelés Roquio, ou des mythiques canonnières fluviales du Yangtze fabriquées en tronçons à Nantes et assemblées à Shanghai, tels que les Doudart de Lagrée (lancé en 1909 aux chantiers Labrosse et Fouché) et Balny (lancé en 1914 aux Chantiers de Bretagne).

La remontée de la Loire en bateau à moteur de 12m est une intéressante expérience. On navigue dans le domaine maritime (sur le plan administratif) jusqu’au pont de Pirmil à Nantes. Le chenal est très bien balisé et de nombreux paysages défilent : le pont de Saint Nazaire, les ports de Saint Nazaire et de Donges, puis de Paimboeuf, la centrale de Cordemais, les rives sauvages, puis Le Pellerin, Coueron, les anciens quais et docks de Nantes, le pont de Cheviré, Trentemoult avant d’accoster au ponton Belem, derrière le croiseur-musée Maillé-Brézé. De nombreux repères visuels constituent de remarquables amers : la maison-cheminée, le bateau mou, la tour à plombs, la maison dans l’eau …

Beau parcours entre les traces d’un passé maritime révolu et l’actualité vibrante d’aujourd’hui.

 

A lire aussi :

Navigation souterraine à Nantes

Expédition maritime en Cornouailles

 


SERVICES :
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
BLOG
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son TARGA 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction