Blog de Michel Ulrich

Navigation dans le détroit de Bass

Mercredi 5 juillet 2017 à 15h43

Bras de mer situé entre l’Australie et la Tasmanie, au sud de Melbourne, le détroit de Bass (Bass Strait) est un haut lieu de la navigation maritime aussi bien dans le passé, avec les difficultés d’y naviguer à la voile et par l’intérêt des découvertes tout au long du 19e siècle, qu'aujourd’hui, par la fréquentation de nombreux navires. Il y existe deux DST (Dispositif de Séparation du Trafic – Traffic Separation Scheme) au large du Wilsons Promontory.


JB 115 à Wonthaggi / Michel Ulrich

En 1802, les navigateurs français à bord du Naturaliste, l’un des navires du voyage d’exploration scientifique de Nicolas Baudin, furent les premiers européens à démontrer l’existence d’une seconde grande île dans la baie Western Port, qu’ils ont nommé "l’Île des français" devenue depuis French Island (les premiers navigateurs anglais l’ayant aperçu, avaient cru que c’était un promontoire du littoral) – ce fût l’une des contributions majeures à la 1ere carte complète de l’Australie (carte de Freycinet en 1811).

Un peu plus loin, le long du littoral, à Wonthaggi, il y avait jusque dans les années 60, une mine de charbon noir (celui des locomotives). C’était l’un des points de chute de mineurs immigrants irlandais, dits des 50 dollars. Un peu plus loin, les très importantes mines de lignite ferment sous la pression de la protection de l’environnement… C’est au large de Wonthaggi, que la plateforme JB 115 s’est « jackée » en octobre 2009 pour les travaux de forage en mer lors de la construction de l’usine de dessalement – après une longue traversée depuis Rotterdam à 13 nœuds de moyenne (via Captown) sur le navire semi-submersible FJELL.

 

A lire aussi :

Navigation en Terre de Feu

Melbourne, port de la ruée vers l'or


SERVICES :
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
BLOG
Michel Ulrich
Michel Ulrich
Après une carrière internationale d’ingénieur, Michel Ulrich navigue maintenant en plaisance sur son TARGA 35+ le long de la côte atlantique. Par ailleurs, il ne rate pas une occasion d’embarquer sur des navires de charge, de travail ou de services maritimes. Il nous fait partager des expériences d’expédition maritime hors du commun.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction