Blog de Albert Brel

Estuaire de la Rance : la navigation est-elle menacée ?

Jeudi 13 octobre 2016 à 07h10

Dans un précédent blog « Usine marée motrice : une fausse bonne idée », je m’interrogeais sur l’envasement de la Rance et l’influence du barrage sur ce dernier. Aujourd’hui fort est de constater que deux ans après la mise en place du piège à vase devant l’écluse du Chatelier, celui-ci ne semble pas remplir son office.


Mordreuc niveau 8 m

Un petit retour en arrière
Il y a cinquante ans, le Général de Gaulle inaugurait l’usine marée motrice de la Rance. En novembre 2016 sera commémoré cet anniversaire. Sans vouloir présager de cette journée, seront surement évoqués un site écologique, sans émission de gaz à effets de serre, le prix de revient du KW ou encore le magnifique point de vue que l’on a du barrage que ce soit vers la mer (baie de Dinard/Saint-Malo) ou vers la terre (estuaire de la Rance). Mais ne sera sans doute pas abordé l’effet négatif sur l’envasement, la faune et la flore. Pourtant ce sujet est plus que d’actualité.

La triste réalité
L’EDF a plusieurs fois mis en avant que l’usine ne modifiait pas le régime des marées dans l’estuaire. Ceux qui ont connu cet estuaire avant le barrage sont tous unanimes pour reconnaître que c’est loin d’être comme avant tant au niveau des marnages qu’à celui de la navigation, des plages et de la pêche. Sans être hydraulicien, il est simple de comprendre que pour que l’usine produise de l’énergie, en faisant tourner des turbines, il faut une différence de hauteur d’eau entre les deux bassins. Il est évident que ce régime n’est pas naturel comme celui d’une marée. Les étals de niveau haut et bas variables ne peuvent qu’avoir une influence sur l’écosystème de la Rance. Nous sommes en présence non plus d’un estuaire naturel comme avant le barrage où l’influence de la marée se faisait sentir jusqu’au Chatelier, mais sur un bassin de retenue à l’équivalent d’un barrage terrestre. L’ouverture et la fermeture des turbines, en fonction des besoins d’énergie, entraînent des courants fluctuants qui peuvent être très violents. En pratique, on connaît une semaine à l’avance les hauteurs d’eau de pleine et basse mer avec les durées des étals. Mais, la courbe entre les deux (haut et bas) est loin d’être sinusoïdale et il est impossible de connaître la hauteur d’eau à un instant donné et la force du courant.
Quant aux poissons, bien que ce soit un point mis souvent en avant par l’EDF qui précise que « les turbines ne tournant qu’à 96 t/mn, les poissons peuvent les traverser sans dommage », j’en doute, peut-être les turbots et encore. Je pense que même un de nos nageurs olympiques ne se risquerait pas à passer dans une turbine tournant à cette vitesse !

L’envasement
C’est un phénomène naturel. Il est dû aux particules en suspension dans l’eau. Mais, un tel phénomène cesse d’être naturel si on modifie artificiellement les marées avec, entre autre, des durées d’étals importants et des niveaux qui ne sont pas ceux de la marée en mer. Par exemple, le lundi 3 octobre 2016, nous avons à Saint-Malo une basse mer à 3 h 53 mn hauteur 1.95 m et une haute mer à 9 h 14 mn hauteur 11.95 m soit un marnage de 8.42 m. Ce même jour en Rance, la basse mer est à 5 h 15 m à une hauteur 7.60 m et la haute mer de 10 h à 11 h hauteur à 12 m soit un marnage de 4.40 m. Pour la mer ce jour-là, le temps d’une demi marée est de 5 h 17 mn (3 h 53 mm à 9 h 14 mn) et en Rance (6 h à 10 h) seulement de 4 h. Un autre exemple plus frappant, en Rance, le 10 septembre l’étal de pleine mer est de 4 h 30 mn (14 h 30 mn à 19 h) et le marnage de 1.40 m (7.20 m à 8.60 m). En fait, entre le 9 et le 12 septembre, le niveau haut oscille entre 9 et 10 m pas prudent de s’aventurer entre Mordreuc et le Lyvet avec un tirant d’eau supérieur à 1.40 m.

Les phénomènes qui amplifient l’envasement sont donc principalement liés à deux causes : les étals qui favorisent le dépôt des sédiments et le marnage qui est faible par rapport à la marée naturelle. Des chiffres repris dans le bulletin de Rance environnement évaluent à 50.000 m3 de sédiments par an soit 2,5 millions de m3 depuis la mise en service du barrage. Dans les vasières, la vase devient dure et peut atteindre plusieurs mètres. Les plages naturelles de sable comme à la Ville Ger disparaissent et sont, dans certains cas, recouvertes d’algues ce qui limite la pêche. Pour la navigation, il devient de plus en plus difficile de naviguer entre Plouer et l’écluse du Chatelier. Il y a deux ans un piège à vase a été mis en service avec une extraction de 65.000 m3 devant l’écluse du Chatelier. Etant moi-même usagé de cette zone, j’ai l’impression qu’à ce jour il y a plus de vase qu’avant le dévasement. A titre indicatif, il y a quelques semaines plusieurs bateaux (tirant d’eau 1.50 m) se sont échoués avant l’écluse du Chatelier où, en principe, compte tenu de l’heure il y avait assez d’eau pour passer. A la cote 9 m, il n’y avait que 1.20 m à la porte de l’écluse. Dans la semaine suivante, un avis a été affiché sous le titre envasement en aval de l’écluse du Chatelier « Le tirant d’eau est limité à 1 m quand la cote descend à 8,50 m à Saint-Suliac. Les éclusages se feront en considération des tirants d’eau des bateaux se présentant à l’écluse. Les bateaux avec un tirant d’eau supérieur à 1 m devront le signaler à l’éclusier ». Quelle réactivité de la part des autorités ! En clair, les bateaux ayant un tirant d’eau supérieur à 1.50 m ne pourront passer que s’il y a au minimum, en prenant une marge de sécurité, 10 m à Saint-Suliac. Le port de Dinan voit sa clientèle anglaise le déserter, il en est de même au Lyvet et, si rien n’est fait rapidement, ce sera toute la navigation qui en souffrira. Alors que faire ? Des associations comme Rance Environnement travaillent sans compter et avec beaucoup de sérieux de même que la commission Estuaire Rance avec Henri Thébault qui connaît parfaitement le sujet. Mais, à ce jour, il semble que les politiques écoutent d’une oreille attentive les différents intervenants. Beaucoup de promesses sont faites mais peu d’actions concrètes sont entreprises sur le terrain malgré des solutions préconisées par ces associations.


SERVICES :
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
BLOG
Albert Brel
Albert Brel
Albert Brel, parallèlement à une carrière au CNRS, s'est toujours intéressé à l'équipement nautique. Depuis de nombreuses années, il collabore à des revues nautiques européennes dans lesquelles il écrit des articles techniques et rend compte des comparatifs effectués sur les divers équipements.
De plus, il est l'auteur de nombreux ouvrages spécialisés qui vont de la cartographie électronique aux bateaux d'occasion et qui décrivent non seulement l'évolution des technologies, mais proposent aussi des solutions pour les mettre en application à bord des bateaux.
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction