Cet été, attention aux courants de baïnes !

Lundi 10 juillet 2017 à 15h30

Mots clés :

Telles des piscines naturelles creusées sur la plage à marée basse, les baïnes, du gascon baya « petit bassin », avec leurs températures généralement plus élevées que la mer, attirent les enfants et baigneurs mal averties, pensant pouvoir y barboter en toute tranquillité. Malheureusement, ce phénomène cause chaque année de nombreux décès. Nautisme.com revient sur ce phénomène naturel et vous explique comment s’en protéger.


Plage sur la côte atlantique du Maroc / Pixabay

Pour que se forme une baïne, trois conditions doivent être remplies : une plage de sable, une forte houle et des courants de marée. Le piège de la baïne se met en place en plusieurs étapes.

A marée haute, le ressac de la mer emporte du sable formant un banc de sable sur le rivage. De l’eau s’accumule alors dans la dépression formée entre le banc de sable et la plage. Lorsque la marée redescend, l’eau retenue s’échappe en créant une ouverture dans la cuvette, un canal d’évacuation, appelé sortie de baïne. Avec les allers-retours de la mer provoqués par les marées, la dépression s’agrandit, jusqu’à former une cuvette de 4 à 5 mètres de profondeurs. A marée basse, la cuvette est peu remplie. La température y est plus élevée, on y a pied, c’est donc l’endroit à priori parfait pour s’amuser pour les enfants. Mais lorsque la marée remonte, la cuvette se remplit davantage. La mer recouvre la baïne jusqu’à ce que l’eau accumulée s’évacue par « la sorties de baïne ». Cette sorte de canal d’évacuation est bien plus étroit que la baïne elle-même et l’eau en s’évacuant par celui-ci crée un fort courant appelé « courant de baïne » ou « courant d’arrachement » qui emporte le baigneur vers le large. La vitesse de ce courant est très rapide, même pour un nageur expérimenté, et retrouver le rivage en nageant à contre-courant est pratiquement impossible. La force et la vitesse du courant dépendent de la houle et de la force de la marée.

En général, le danger est plus important entre les deux et trois premières heures de la marée montante et les 4ème et 5ème heures de la marée descendante.

Prudence sur les côtes de l'Atlantique

Les plages sujettes au phénomène des baïnes, les plages de la côte Atlantique notamment, doivent avertir les baigneurs par des panneaux. Evitez de vous baigner dans des plages sans surveillance et surtout gardez toujours un œil sur les enfants. Si malheureusement, vous vous retrouvez pris dans un courant de d’arrachement, il ne faut pas chercher à nager à contre-courant et à revenir à l’endroit d’où vous êtes parti, vous n’y arriverez pas. Vous risquez seulement de vous fatiguer. Au contraire, laissez-vous porter, en vous signalant aux CRS avec les bras, jusqu’à ce que le courant perde de sa force et que vous puissiez regagner la plage.

Un bon moyen mémo technique pour se rappeler du danger, mis en place par les CRS de la plage surveillée du Cap-Ferret :

BAINE = Bassin d'eaux Apparemment Inoffensif à Noyade Éventuelle !

 

A lire aussi : 

Le point sur la noyade sèche

Retour sur le phénomène des vagues scélérates


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction