Catherine Chabaud lance un SOS pour l’océan

Vendredi 19 septembre 2014 à 16h23

La marche mondiale pour le climat de dimanche prochain, à Paris, ne sera pas seulement verte. Le bleu devrait également être hissé haut. En effet, les acteurs de la préservation océanique se sont réunis, sous la houlette de l’ambassadrice de cette action, Catherine Chabaud, pour demander l’intégration de l’océan dans les négociations climatiques.


Le 21 septembre à Paris, New York, New Delhi, Londres, Berlin, Istanbul, Bogota, la marche mondiale pour le climat interpellera les gouvernements sur l’importance d’aboutir à des accords plus contraignants en 2015. Le mouvement parisien, qui partira à 14 heures de la place de la République, entend rappeler au gouvernement français son rôle clé dans les négociations. Et les institutions engagées pour les océans souhaitent que les décisions qui seront prises au niveau des Nations Unies intègrent le rôle régulateur de l’océan dans les processus climatiques ainsi que sa capacité à fournir des solutions à l’échelle de la planète. C’est la navigatrice Catherine Chabaud, engagée de longue date auprès de nombreuses associations comme Tara Expéditions et Surfrider, qui a été invitée à tenir le rôle d’ambassadrice pour cette marche.

 

De la difficulté d’interpeller le grand public

 

Plus d’un an après avoir porté l’appel pour la Haute-Mer, depuis le Conseil économique, social et environnemental, la navigatrice Catherine Chabaud participe donc à une nouvelle action collective sur le terrain de la politique internationale. « L’appel pour la Haute-Mer a permis de montrer l’efficacité d’une action commune, en réunissant les forces d’institutions engagées depuis plusieurs années pour l’océan. Et même si nous n’avons pas réuni autant de signatures que nous l’aurions souhaité, nous avons eu des résultats concluants au niveau national, grâce à Marie-Hélène Aubert (conseillère négociations internationales climat et environnement auprès de la présidence de la République, ndlr), et nous commençons à être entendus sur le plan international. Avec cette plateforme, nous transformons l’essai. » L’objectif est ambitieux : faire entendre la voix de l’océan lors du sommet de Paris Climat 2015.
« Comme navigatrice, la relation entre la mer et le climat est évidente : en course, nous passons huit heures par jour à analyser la météo. » Au fil des années, Catherine Chabaud est passée des savoirs mécaniques à des connaissances plus générales qui lui ont permis de mieux faire comprendre l’importance des océans. Mais ces missions de communication sont délicates. « Au moment du Grenelle de la mer, je pensais que le message était passé auprès du grand public, explique-t-elle. Mais quand je suis arrivée au Conseil économique, social et environnemental, j’ai réalisé qu’il y avait encore beaucoup à faire. » Comme l’ensemble des membres de la plateforme « Océan et Climat 2015 », elle est persuadée que l’océan et les êtres vivants qu’il renferme « représentent une formidable opportunité pour aider à relever les défis de l’atténuation et de l’adaptation aux changements climatique. » Le texte fondateur de la plateforme assure : « Les connaissances scientifiques actuelles sur le rôle de l’océan dans la machine climatique et sur ses contributions positives potentielles ne laissent plus place au doute. » En effet, l’océan, qui couvre 70% de la surface du globe, absorbe plus du quart du CO2 émis chaque année par l’homme dans l’atmosphère. « Les questions environnementales sur l’océan ont longtemps été consacrées aux marées noires et à la surpêche – qui sont de vrais sujets – mais il ne faut pas oublier non plus la pollution venue de la terre ou encore le mal que le réchauffement climatique inflige aux océans. Cela nous impacte tous », assure Catherine Chabaud. Or, comme le rappelle le texte fondateur de la plateforme, « le maintien d’écosystèmes marins « en bonne santé » peut apporter de vraies solutions pour lutter contre les changements climatiques. » Il reste un peu plus d’un an pour convaincre les décideurs internationaux qui se réuniront à Paris en décembre 2015.

 

Membres de la plateforme :

AAMP - Agence des Aires Marines Protégées, Aquarium de la Porte Dorée, Association Innovations Bleues, CNRS – Centre National de Recherche Scientifique, Comité français de l’UICN - Union Internationale pour la Conservation de la Nature, Green Cross France et Territoires, ENS - Ecole Normale Supérieure, Fondation Prince Albert II de Monaco, Expédition 7ème continent, FNE – France Nature Environnement, NASF - Fonds pour le Saumon de l'Atlantique Nord, Institut Océanographique - Fondation Albert Ier Prince de Monaco, IDDRI - Institut du Développement Durable et Relations Internationales, Institut Océanographique Paul Ricard, Merocéans, Nausicaá-Centre National de la Mer, Oceanopolis – Brest, PSL - Paris Science Lettres, Réseau MEDPAN, Réseau Océan Mondial, Respect Ocean, SeaOrbiter, SeaWeb Europe, Surfrider Foundation Europe, Tara Expéditions, The Pew Charitable Trusts / France – Global Ocean Legacy, UNESCO/COI – Commission Océanographique Intergouvernementale, MNHN-UPMC et Sorbonne Université, World Ocean Council.

 

LIRE AUSSI:

La gouvernance de la Haute-Mer, comment agir ?


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Recevez la newsletter tous les jeudis