La météo influence-t-elle les requins ?

Mardi 16 juillet 2013 à 15h34

Mots clés :

La recrudescence des attaques de requins sur les plages de La Réunion a-t-elle un lien avec la météo et le climat ? A l’heure des grands discours sur les méfaits du changement climatique, Bernard Séret, océanographe spécialiste des requins au Muséum d’Histoire Naturelle, nous livre les résultats des dernières études effectuées sur les mœurs de ces prédateurs tant décriés.


Crédits photo : OLIVIER MORIN / AFP

Une eau à 24°C, un petit vent d’est modéré à 20 km/h, telles sont les conditions météo qui étaient présentes ce lundi sur la baie de Saint-Paul lors de l’attaque de requin qui a fait perdre la vie à une adolescente de 15 ans. Les météorologues et les experts en biologie marine le savent bien : certains vents ont tendance à ramener la faune aquatique vers les côtes. Or, ce n’était pas le cas lundi à La Réunion. Le flux d’est est un vent qui part de la terre vers la mer, et qui a donc tendance à repousser poissons et méduses vers le large. Quant à la température de l’eau, elle est actuellement agréable à La Réunion, mais sans excès de chaleur, le spécialiste ne veut donc pas tirer de conclusion. «Les requins existent partout dans le monde. Ils sont tout de même plus abondants dans les mers chaudes, explique Bernard Séret, mais nous les trouvons également dans les mers tempérées et froides, y compris dans les régions arctiques». L’océanographe l’avoue, les scientifiques ne disposent pas du recul suffisant pour évaluer l’impact du changement climatique sur l’évolution du nombre de requins. Cependant, « depuis que nous utilisons les balises électroniques, nous avons des informations sur le comportement et les habitudes de ces animaux. Nous avons pu réaliser certains voyagent très loin. Prenons l’exemple du grand requin blanc : celui-ci vit habituellement dans des températures froides ou modérées, c’est le cas en Afrique du Sud par exemple. Pourtant, certains requins marqués en Afrique du Sud ont traversé l’océan Indien et ont été retrouvés jusqu’en Australie. Ils résistent donc à une grande variation de températures, ce que nous ne pensions pas possible avant l’utilisation des balises». Pendant ces voyages, ils descendent en effet à plus de 1000 mètres de profondeur et sont donc capables de nager dans des températures de 2 à 4°C. Leur résistance aux variations climatiques est donc extrêmement grande. A priori, il n'y a donc aucun lien entre le déplacement des squales et les températures. Seul un paramètre météo a jusqu’à maintenant pu être mis en évidence, celui des grands phénomènes atmosphériques. Toujours grâce au suivi des populations par balises, la scientifique Michèle Heupel a pu démontrer que les requins fuyaient les zones touchées par une tempête tropicale ou par un cyclone quelques heures après. Une détection qui intervient avant même l’arrivée des premières intempéries, probablement causée par la baisse de la pression atmosphérique. Les baigneurs de La Réunion peuvent par contre être rassurés sur un point : la qualité de l’eau, car la présence de requins est un très bon indicateur. Ces poissons cartilagineux fuient les zones polluées et se dirigent généralement vers les eaux les plus propres et oxygénées.


Moins de requins, mais plus d’humains


Si les quelques attaques mortelles qui surviennent chaque année dans le monde sont toujours très médiatisées, les requins sont-ils pour autant plus nombreux sur nos côtes ? La réponse de Bernard Séret est sans nuance : « depuis les années 70, les mers européennes et américaines sont vidées de leurs poissons par la surpêche. Il y a de moins en moins de requins mais de plus en plus de gens sur les plages, et qui y restent de plus en plus longtemps. Avec une population humaine qui augmente, même s’il y a de moins en moins de requins, statistiquement, la fréquence des rencontres augmente. C’est ce qui se passe actuellement à La Réunion par exemple. »

 

LIRE AUSSI :

«Quand le requin s’attaque à un homme, c’est par méprise»

Requin : quel risque d'attaque sur les côtes de métropole ?


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction