Paris 2024 : comment va-t-elle s’organiser pour les épreuves nautiques ?

Lundi 9 octobre 2017 à 13h07

Le 13 septembre 2017 à Lima, le CIO déclare officiellement Paris comme ville hôte des JO 2024. Maintenant que la nouvelle est annoncée, le gouvernement doit commencer à s’organiser. Il y a la question du budget bien sûr, mais qu’en est-il des infrastructures nécessaires à la mise en place des épreuves nautiques ? Et quel impact auront-elles sur l’environnement ? On fait le point.


Marseille célèbre les JO de Paris 2024 sur le Vieux Port / Facebook Ville de Marseille @marseilleville

Les sports nautiques olympiques seront semble-t-il les mêmes que lors des JO 2020 de Tokyo : l’aviron, la natation, la voile, le canoë et pour la première fois : le surf. Pour 2024, le nombre d’épreuves nautiques n’est pas encore défini et si le wakeboard n’a pas réussi à devenir un sport olympique pour 2020, il peut retenter sa chance pour 2024. 

Les premières infrastructures se mettent en place…

Le site de La Plaine Saulnier à Saint-Denis (93) va accueillir le futur centre aquatique des JO 2024. Situé à côté du stade de France, le centre sera le lieu des épreuves de natation, plongée et natation synchronisée. Le projet de Paris 2024 prévoit la création de deux bassins de 50 mètres chacun, deux fosses à plongeon et pourra accueillir 15 000 spectateurs. Deux autres piscines, qui serviront de base d’entraînement aux sportifs, seront construites au Fort d’Aubervilliers et à Pont de Bondy, toujours dans le département de la Seine-Saint-Denis.

JO Paris 2024

La commune de Seine-et-Marne, Vaires-sur-Marne, située à 30 kilomètres à l’est de Paris et donc à 30 minutes du village des Athlètes, a le privilège d’accueillir les épreuves d’aviron et de canoë des Jeux Olympiques 2024. C’est notamment grâce à son lac de 90 hectares et à sa grande base nautique qu’elle a été choisie. En effet, un large bassin d’eau calme sera réservé pour l’épreuve d’aviron. Quant aux épreuves de canoë elles seront de deux types : une course en ligne et un slalom. Trois rivières artificielles sont en cours de construction : un canal d’amenée, une rivière de compétition et une rivière d’entraînement. Ce chantier de 75 millions d’euros réunit 200 personnes et sera livré en 2018. Ce site sera l’un des trois seuls au monde avec Pékin et Sidney à pouvoir accueillir à la fois le canoë-kayak en slalom et en ligne, et l’aviron.

Et si on sortait de la région parisienne ?

Ce sera de toute façon nécessaire pour assister aux épreuves de voile. C’est à Marseille que les épreuves olympiques et paralympiques de voile auront lieu. « La capitale européenne des sports » en 2017 a convaincu grâce à sa marina qui permet d’accueillir en tout (places assises et debout) 15 600 personnes. Pour le moment, l’heure est aux travaux d’adaptation du terrain en site olympique. De plus, la ville de Marseille a annoncé la création d’un village olympique, au château Borély.

L’organisation des jeux va-t-elle être écologique ?

 « Cela va représenter un impact environnemental catastrophique » déclarait Julien Bayou, le porte-parole d’Europe Ecologie Les Verts lors d'une interview à l'Express en 2015. Pourtant, Paris envisage des jeux moins polluants par rapport à ceux de Londres ou Rio de Janeiro. Quatre objectifs sont énoncés : la neutralité carbone, 55% d’émission carbone en moins, ou encore 100% d’électricité utilisée avec des énergies renouvelables, et les jeux vont d’ailleurs encourager un assainissement de la Marne et de la Seine.

Anne Hidalgo le promet : la Marne sera accessible à la baignade en 2022 et la Seine en 2024. Mais le chemin semble encore long. Pour le moment ces deux fleuves sont pollués et par conséquent dangereux à la baignade. Il existe quatre sources de pollution : une pollution domestique- qui provient d’eau usée urbaine- la pollution industrielle- en effet les eaux des stations d’épuration ne sont pas traités pour les bactéries entérocoques et ces dernières peuvent provoquer des maladies- une pollution agricole et enfin accidentelle.

Pourtant selon Celia Blauel, maire adjointe de Paris chargée des questions d’environnement, de développement durable, de l’eau et de la politique des canaux, ces sources de pollution peuvent être réduites. Tout d’abord, les péniches à usages commerciaux auront l’interdiction de déverser leurs eaux usées dans la Seine, sous peine d’interdiction de circulation. En ce qui concerne les péniches d’habitation, la solution envisagée serait de récolter, bateaux par bateaux, les eaux usées de chacun.

En outre, la création de plus de bassins de rétention permet de ne pas saturer le réseau quand il y a de fortes pluies. L’idée étant d’enlever le béton de la ville sur 1/8ème de l’espace public afin de laisser la pluie pénétrer les sols.  

En ce qui concerne les bactéries présentes dans les fleuves, Paris prévoit d’installer des filtres à UV qui tuent les entérocoques et Escheria coli, dans les deux plus grands centres d’épuration de Paris. Des mesures qui ont convaincues le CIO mais aussi les organisations écologiques telles que WWF (fonds mondial pour la nature). En revanche, d’autres restent sceptiques, comme le collectif « Non aux JO 2024 ».

 

A lire aussi :

Tous à l'eau pour les JO !

Polar Pod, une odyssée antarctique à la verticale


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction