Corse : cabotage de tour en tour

Mardi 27 juin 2017 à 06h25

Construites sous la République de Gênes pour organiser le réseau défensif de l'île face aux invasions barbaresques, les tours marquent aujourd'hui l'identité de la Corse, valorisent son littoral, participent de son patrimoine architectural, historique et culturel. Pour les plaisanciers, elles sont aussi les étapes merveilleuses d'un doux cabotage le long des mille kilomètres côtiers de l'île de Beauté.


La Tour d'Omigna, à Cargèse (Côte Ouest).

Qu'un navire suspect s'approche, et le feu s'allumait. Il était répercuté de tour en tour par la poignée de gardes armés chargés de tenir la position défensive tout autour de l'île : le signal pour les populations et les bêtes d'un repli dans les vallées, à l'intérieur des terres, pour se protéger des razzias. Les constructions connurent leur essor entre 1530 et 1620 (dès 1531, la décision est prise d'en édifier 90, dont 32 dans le Cap Corse, et l'île comptera finalement plus d'une centaine de tours génoises). Rondes, pour supprimer tout angle mort, dressées sur plus d'une dizaine de mètres (9-17 mètres), les étages remplissaient différents offices : un sous-sol pour entreposer les réserves (eau, nourriture, munitions), deux étages où loger les hommes de guet et une terrasse surmontée de mâchicoulis. Au début du XVIIIe siècle, 85 tours génoises faisaient sentinelles le long du littoral corse : 15 sur la côte nord, 34 sur la côte occidentale, 30 sur la côte orientale, et 6 sur la côte méridionale. Aujourd'hui, une soixantaine est encore debout, et une trentaine est protégée au titre des Monuments historiques.

Escales paradisiaques

On les découvre les pieds dans l'eau ou en vigies au sommet d'un cap, sur une plage, à l'entrée d'une baie, juchées sur une colline verdoyante ou un piton rocheux, gardiennes d'un port ou d'une portion de littoral sauvage. Beaucoup viennent aujourd'hui parfaire les décors de mouillages idylliques : aux portes de la réserve naturelle de Scandola, les tours du golfe de Girolata et de la marine d'Elbo, accessibles uniquement par la mer (ou au prix d'une longue randonnée très escarpée) ; au sud du golfe d'Ajaccio, à la Pointe de Sette Nave, la discrète tour de l'Isolella, avec sa petite crique et sa plage familiale ; de part et d'autre du golfe du Valinco, le mouillage de Portu Cacau, sous la tour de Capu di Muru, et, au sud du golfe, la tour de Campomoro dominent des sites grandioses ; dans le Sartenais, la cala di Tizzano et son port, qui s'organisent autour de sa massive tour fortifiée, Roccapina, merveilleux site protégé par le Conservatoire du littoral, célèbre pour son rocher-lion et ses eaux turquoise quand la mer est calme ; en descendant plus au sud, la tour de Caldarello, qui veille depuis son piton rocheux sur la baie profonde et étroite de Figari ; passées les Bouches de Bonifacio, en remontant la côte orientale, les tours de la baie de San Ciprianu, de l'île Pinarellu, ou de Fautéa sont autant d'escales paradisiaques. Le Cap Corse n'est pas en reste : la tour du petit port de pêche d'Erbalunga, celle de Castellare surplombant la paisible baie de Pietracorbara, la tour ruinée, les pieds dans l'eau, de Santa-Maria-della-Chiappella, celles d'Agnello ou de Tollare au nord du Cap, celles des plages d'Albo et de Negro sur sa côte ouest. À chaque escale son style.

Les tours protégées au titre des Monuments historiques le long du littoral corse :

Cap Corse (d'est en ouest) : tour de Miomo (commune de Santa-Maria-di-Lota), tour d'Erbalunga (Brando), tour de L'Osse (Cagnano), tour de Santa-Maria-della-Chiappella (Rogliano), tour de La Giraglia (Ersa), tour d'Albo (Ogliastro), tour de Nonza (Nonza), tour de Negro (Olmeta-di-Capocorso), tour de Farinole (Farinole), tour de Mortella (Saint Florent).

Côte occidentale : tour du Sel (Calvi), tour de Galéria (Galéria), tour de Girolata (Osani), tour de Porto (Ota), tour d'Omigna (Cargèse), tour de Sagone (Vico), tour de Capitello (Grosseto-Prugna), tour de l'Isolella (Pietrosella), tour de Capu di Muru (Coti-Chiavari), tour de Capu Neru (Coti-Chiavari), tour de Campomoro (Belvédère-Campomoro).

Grand Sud (d'ouest en est) : tour de Senetosa (Sartène), tour de Tizzano (Sartène), tour de Roccapina (Sartène), tour de Caldarello (Pianotolli-Caldarello), tour San Ciprianu (Lecci), tour de Pinarellu (Zonza), tour de Fautéa (Zonza).

 

A lire aussi :

Des cités médiévales au fil de l'eau

Découvrir la France par les fleuves


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Fermer
Recevez chaque jeudi les coups de coeur de la rédaction