Surfer à contre-courant sur les plus grands mascarets

Jeudi 30 juillet 2015 à 08h32

Semaine du surf - Aux quatre coins du monde, les marées génèrent des vagues puissantes qui remontent les fleuves à contre-courant.


C'est une vague puissante, précédée d'un grondement sourd, qui s'engouffre dans les terres sur plusieurs kilomètres, parfois suivie d'une dizaine de vagues plus faibles qui répercutent le mouvement. Sa force se rapproche du tapis roulant mais son aspect est bouillonnant. Elle se forme sous l'effet des grandes marées et fascine les amateurs de longs surfs qui tentent de battre des records de distance. On dénombre plus de soixante mascarets dans le monde avec souvent des surnoms pour les désigner. Celui de la Garonne est Le Montant, l'ancien mascaret de la Seine, éteint par les installations modernes, s'appelait La Barre, et celui de l'Amazone est surnommé Pororoca.

 

L'Atlantique forme les plus grands mascarets français

 

Les plus grandes marées d'Europe se forment dans la baie du Mont Saint-Michel lorsque l'énorme masse d'eau de l'Atlantique s'engouffre dans le goulot de la Manche. La mer monte en moyenne de plus de 12 mètres entre la marée basse et la marée haute, «à la vitesse d'un cheval au galop», comme l'écrivait Victor Hugo. Mais la Sélune et le Couesnon, qui se versent dans la baie, ne sont pas les hôtes des plus puissants mascarets français. Il faut pour cela se tourner vers la Garonne et la Dordogne. A Saint-Pardon, dès que le coefficient de marée dépasse 90 et que le niveau du fleuve est assez bas, comme en août, le mascaret de la Dordogne peut atteindre 2,5 mètres et remonter sur près de 100 kilomètres. La Garonne connaît aussi ce phénomène très spectaculaire entre Langoiran et Podensac.

 

La Chine, championne du monde

 

La Chine accueille l'un des plus grands mascarets du monde sur le fleuve Qiantang qui débouche sur la baie de Hangzhou, au sud de Shangaï. Il est surnommé le Dragon et peut s'élever à plus de 5 mètres au-dessus du fleuve pour parcourir plus de 100 kilomètres. Ce mascaret déferle jusqu'à 40 km/h. Un bolide sachant que les phénomènes français avancent à une dizaine de kilomètres/ heure au maximum. Mais le Dragon, beaucoup trop sauvage, n'est pas adapté pour le surf. L'Amazone refroidit également les surfeurs car si son mascaret s'étend sur 16 kilomètres de large, 90 kilomètres de long et quatre mètres de haut, il se produit sur une eau infestée de piranhas. Un peu plus haut sur le continent américain, au Canada, le théâtre des plus grandes marées du monde, avec un marnage de 17 mètres, n'est plus aussi impressionnant car son mascaret a été diminué par des travaux d'aménagement à la fin des années 60.

Le meilleur spot de glisse se trouve donc en Angleterre avec un mascaret surnommé Severn Bore (vidéo ci-dessous): la vague impressionnante, qui atteint trois mètres, permet de surfer sur plus de dix kilomètres. Dans l'hémisphère sud, l'Australie dispose d'un mascaret allant de 0.5 à 1.5 mètres de haut sur 30 kilomètres.

 

LIRE AUSSI:

Le surf dans les règles de l'art 
Surf au Pays Basque : trois spots mythiques


SERVICE:
Toutes les prévisions météo du littoral et en mer pour la France par téléphone au 3201*.
Toutes les prévisions météo de vos voyages et vos navigations à l'étranger au 3264**.
Recevez la newsletter
tous les jeudis
* 3201 : Prévisions pour la France - 2,99€ par appel   ** 3264 : Prévisions pour le Monde - 2,99€ par appel
Recevez la newsletter tous les jeudis